Présentation du Moadon Ivri Ruth Batshlomo.

Le Moadon Ivri n’est pas un Oulpan. C’est un club de dialogue en hébreu.
Toute personne intéressée par l’hébreu et la culture hébraïque, quel que soit son niveau en Hébreu (mais un niveau minimal est nécessaire) en est la bienvenue.
Il a été dirigé pendant de très nombreuses années par Ruth Batshlomo qui s’en est occupée jusqu’à son dernier souffle. C’est pour cela qu’il a été décidé de lui donner le nom de cette grande dame.
La meilleure façon de présenter ce club est de prendre des extraits de l’intervention qu’elle avait faite à la fête de Pourim 2004.

Je voudrais vous dire quelques mots à propos du Moadon. Bien entendu, toute action humaine est critiquable, mais, en plus de l'amour de l'hébreu et de la culture hébraïque, la principale valeur que j'ai voulu maintenir au sein de ce Moadon est la tolérance.

Parmi nous, il y a des religieux et d'autres qui ne le sont pas, il y a des gens qui sont de droite et d'autres qui sont de gauche. Chacun d'entre nous a le devoir de respecter l'autre, sans vouloir lui imposer son point de vue, et sans se mettre en colère. Il ne faut pas oublier que le Moadon est avant tout un lieu de dialogue. Par ailleurs, je n'ai jamais demandé la religion de celui ou celle qui fait la démarche de venir vers nous, et nous avons eu dans ce club, non seulement des juifs religieux et des juifs qui ne le sont pas, mais aussi des chrétiens et même des musulmans.

Ce qui fait l'honneur du peuple juif, c'est que c'est un peuple où chacune et chacun de ceux qui le constituent a la liberté de penser, et d'agir par lui même, et en définitive d'essayer d'influencer son voisin tout en le respectant. Ceci fait que l'état d'Israël ne peut être qu'un état démocratique.

Ce qui nous unit tous ici, c'est l'amour de l'hébreu et de le culture hébraïque. Ce qui devrait nous unir aussi, c'est l'amour de l'état d'Israël. Certes, Israël n'est pas cet état idéal que les premiers pionniers avaient rêvé, c'est un pays fait d'hommes et de femmes. De plus, c'est un pays qui est en guerre depuis sa création et même avant celle-ci. Cette guerre permanente fait que l'état d'Israël est obligé de prendre des décisions pour défendre ses citoyens, qu'il n'aurait certainement pas prises si nous avions été acceptés dès le début. Il me semble que celui qui se réjouit des malheurs d'Israël, qu'il soit juif ou non juif, n'a pas sa place dans le Moadon, même si il a le droit de critiquer telle ou telle décision prise par son gouvernement.

Je voudrais finir mon intervention en vous remerciant à nouveau pour tout ce que vous faites pour moi. Je fais une prière pour que l'état d'Israël vive éternellement, ainsi que le Moadon, qui en est, en quelques sortes, une émanation.

Bon courage à vous tous. Soyez tolérants les uns envers les autres et surtout, restez unis malgré vos différences, car c'est seulement dans l'unité qu'Israël pourra surmonter ses difficultés.


Voir « Nos séances hebdomadaires » pour savoir comment s’organisent les séances du Mardi Soir