« Aimer ou quitter ? »

BILLET DU 30 AVRIL 2006
publié le lundi 1er mai 2006
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

L’affaire Clearstream qui éclabousse le Gouvernement, montrant de la France une image dont on se passerait bien, nous ferait presque oublier le débat de fond auquel, nous Juifs de France, serions avisés de prendre position. Je veux parler du projet de loi du Ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, sur l’immigration « choisie ».

Ce projet de loi tend à réguler le flux migratoire sur le sol français en choisissant ceux qui, parmi les candidats à l’immigration en France, auraient le privilège d’être accepté. Les termes sont assez lapidaires puisqu’ils ne proposent comme seule alternative une immigration « choisie » ou « subie ». Mais là où les propos de Nicolas Sarkozy ont fait mouche, c’est lorsqu’il a déclaré, la semaine dernière lors d’une réunion d’accueil de nouveaux militants à l’UMP : "s’il y en a que cela gêne d’être en France, qu’ils ne se gênent pas pour quitter un pays qu’ils n’aiment pas". Il se trouve que cette petite phrase fait étrangement écho à des propos très similaires de Jean-Marie Le Pen et de Philippe De Villiers. A un an du scrutin présidentiel, il est fort à parier que les petites phrases se succéderont et que cette dernière apparaitra bien modérée !

Reste le véritable débat autour de cette question dont se sont émus les représentants des Eglises chrétiennes de France, toutes mouvances confondues. Car pour les Chrétiens comme pour les Juifs, l’amour du prochain donc de l’étranger relève du dogme théologique. Selon l’exigence divine « aime ton prochain comme toi-même », le simple fait de légiférer en choisissant l’étranger qui est digne d’être accepté à défaut d’être aimé, est en soi un principe qui contredit la Bible. Ce n’est certainement pas la Bible qui influencera le Ministre de l’Intérieur puisqu’il a rappelé que la France n’avait pas à se conformer aux différences culturelles. Or dans un Etat laïc, la religion est une différence culturelle.

Mais reste cette phrase : "s’il y en a que cela gêne d’être en France, qu’ils ne se gênent pas pour quitter un pays qu’ils n’aiment pas", qui en soi pourrait devenir le nouveau slogan de l’Agence Juive, pour conforter les nombreux Juifs de France qui depuis 2000 s’installent en Israël. A cet égard j’aimerais vous recommander la lecture d’un livre que vous devriez prochainement trouver en librairies, signé par Cécilia Gabizon et Johan Weisz « OPA sur les Juifs de France » et qui étudie finement les mécanismes qui conduisent depuis cinq ans de nombreux juifs à faire leur alyah. On y découvre que la véritable question dont les politiques devraient se saisir, n’est pas tant de savoir si les juifs aiment la France mais plutôt si la France aime ses compatriotes juifs. Je serais tenté dès lors de reprendre la formule du Ministre de l’Intérieur en disant : S’il y en a que cela gêne d’avoir des juifs en France, qu’ils ne se gênent pas pour ne pas solliciter leurs voix pour les élections présidentielles !

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain



David Levy
webmaster
, Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus


Articles du même auteur
 


Articles dans la même rubrique
 


Articles incontournables