Russie : Ouverture du procès d’Alexandre KOPTSEV

publié le vendredi 3 mars 2006
Partagez cet article :



Le 11 janvier, Alexandre Koptsev, un jeune skinhead de 20 ans, faisait irruption dans une synagogue du centre de Moscou, où il blessait 9 personnes à coups de couteau avant d’être maîtrisé et arrêté.

publicité

A l’ouverture du procès, le 28 février, Alexandre Koptsev, n’a pas reconnu sa culpabilité devant ses juges. Il l’a fait savoir à la Cour après lecture de l’acte d’accusation par le Procureur.

En réponse au juge qui lui demandait s’il reconnaissait ou non sa culpabilité, il a répondu, le sourire aux lèvres :"Etant donné que le Code pénal a été rédigé par des juifs et la mafia juive, je refuse de reconnaître ma culpabilité." Selon l’accusateur public, Kira Goudim, Alexandre Koptsev avait déjà tenté à deux reprises d’agresser des fidèles à l’intérieur de la synagogue.

Il s’est rendu une première fois dans une synagogue mais a trouvé portes closes et a du renoncer à son projet. La seconde fois, il s’est rendu dans une autre synagogue mais l’adresse n’était pas la bonne...

Toujours selon l’accusateur public, entre 2004 et 2006, sous l’influence d’articles publiés sur Internet et d’autres lectures, Alexandre Koptsev en ait venu à considérer que les juifs étaient les ennemis des Russes. C’est ce qui l’aurait décidé à vouloir tuer des juifs. Il se serait muni d’un couteau de chasse appartenant à son père et aurait recherché sur Internet les adresses des synagogues de Moscou. S’il n’a pas réussi à perpétrer les meurtres projetés, a expliqué Kira Goudim, c’est seulement parce que les blessés ont pu être pris en charge à temps.

Auparavant, le procureur de Moscou, Anatoli Zouev, avait indiqué que deux chefs d’accusation avaient finalement été retenus contre Alexandre Koptsev : tentative de meurtre sur deux ou plusieurs personnes pour cause de haine ethnique ou religieuse (article 105 du Code pénal qui prévoit une peine de 8 à 20 ans de prison ou la réclusion à perpétuité), acte incitant à la haine, assimilable à une atteinte à la dignité humaine et accompagné de violences (article 282 passible d’une peine allant d’une simple amende à 5 ans de prison).

Au cours de l’enquête préliminaire, il a été établi qu’Alexandre Koptsev était responsable de ses actes, qu’il avait agi seul et n’était membre d’aucun groupe extrémiste.

Il a été décidé, à l’ouverture du procès, que la télévision ne serait pas admise dans la salle d’audience







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables