« Les terroristes au pouvoir... »

BILLET DU 29 JANVIER 2006
publié le samedi 28 janvier 2006
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Le moins que l’on puisse dire c’est que nous sommes depuis un mois les témoins d’une histoire qui s’écrit au Proche-Orient dont on sait que les générations qui nous succéderont l’étudieront dans leurs manuels. Tout d’abord Le Premier ministre israélien qui depuis le 4 janvier lutte contre la mort. Les communiqués sur son état de santé se font moins nombreux, l’on sait simplement que son état reste grave, qu’il n’est pas conscient et que son état est végétatif. Les médecins envisagent de le transférer dans un centre de long séjour. Ariel Sharon n’aura pas assisté à la victoire écrasante du Hamas qui a remporté 76 sièges sur les 132 lors des dernières élections palestiniennes, obtenant par là-même la majorité absolue.

On a déjà suffisamment parlé de cette victoire. Bien que nous soyons encore tous sous le choc, il n’en reste pas moins qu’il nous faut prendre conscience de la nouvelle donne politique. Une organisation terroriste et fondamentaliste possède désormais les rennes du pouvoir. Cette organisation créée le 14 décembre 1987 peu après la première intifada revendique la destruction de l’Etat d’Israël. Cela n’est pas sans rappeler l’OLP des bons vieux temps qui ferait aujourd’hui figure d’organisation pacifiste. Mais quel recul, quel bond en arrière. Faudra t-il au Hamas, comme jadis à l’OLP une vingtaine d’année pour reconnaître l’existence de l’Etat d’Israël et ne pas faire de la lutte armée la seule expression d’un monologue qui a tué des centaines d’israéliens et blessé des milliers ?

Jusqu’à nouvel ordre, le Hamas reste, et depuis septembre 2003, une organisation terroriste sur la liste noire de l’Union Européenne. Alors que l’on ne nous rabâche pas les oreilles que ce vote est l’expression de la démocratie et qu’il convient de respecter la voix du peuple. Il n’y a guère que Philippe Douste-Blazy, le patron du Quai d’Orsay pour se réjouir de la « victoire de la démocratie ». La « vox populi » n’est pas toujours un triomphe. Car s’il y a une majorité, il y a une opposition incarnée par le Fatah qui n’est pas réellement plus respectable que ne le serait le Hamas. On assiste déjà à un règlement de compte sanglant entre les deux organisations terroristes. A moyen terme, si la communauté internationale respecte son engagement de couper les vivres aux palestiniens, on assistera à une guerre civile entre palestiniens sur fond de misère, laissant place plus encore à des fondamentalistes et intégristes qui ne se reconnaitront ni dans le Hamas ni dans le Fatah.

Et Israël dans tout cela ? Israël devra veiller à sa sécurité laissant ainsi place lors des prochaines élections à un Netanyahou qui incarne la politique sécuritaire. Alors comme Bayrou on peut parler d’un « tremblement de terre », comme Fabius d’un « coup de tonnerre » et les métaphores autour des catastrophes naturelles pourraient se poursuivre par un cyclone, un tsunami, que sais-je encore ?

Et nous juifs de France que pouvons-nous faire ? Comme d’habitude soutenir Israël en nous y rendant et...prier.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables