Suite à la lettre d’Ariel ALEXANDRE

publié le mercredi 18 janvier 2006
Partagez cet article :



Voir la lettre initiale : Spoliations 1940-45

publicité

Nous devons être nombreux comme M. ALEXANDRE à penser que quelque chose "a foiré" dans le processus d’indemnisation.

Ce ressentiment prend aussi sa source je pense dans le trés "grand écart" entre le sincère "mea culpa" de la France, du monde entier, de l’église catholique, reconnaissant 50 ans aprés les (leurs) si grandes fautes contre l’humanité et la miette attribuée à ces "petits juifs" qui n’ont pas su s’entourer d’avocats, d’associations, qui en bons français on cru, comme je l’ai cru moi-même, que la réparation financière serait à la hauteur.

Oh, les membres de la commission étaient trés "drivés", sympathiques mais "drivés".... les arguments opposés à nos revendications financières étaient carrés, si carrés que j’étais presque mal à l’aise, Monsieur ALEXANDRE, me demandant si un juuuiiif avait vraiment le droit de demander comme cela des sous alors que les budgets sont si serrés... Ah, ces juifs et les sous... !
Moi, je vous dirais, Monsieur ALEXANDRE, j’ai le sentiment d’avoir été floué... , les américains s’en sont peut-être mieux sortis que nous en ce qui concerne l’indemnisation...

Oui, Monsieur ALEXANDRE, petits nous étions, petits nous serions devenus malgré les bases lancées par nos ancêtres...(je veux dire que leur travail acharné avant la guerre pour s’en sortir n’aurait pu produire 50 ans aprés que pas grand chose), au vu du résultat de nos revendications.
Heureusement que nous avons grâce à des gens comme Serge Klarsfeld pu commencé notre deuil, retrouver notre dignité au travers de nos ancêtres réhabilités dans les publications de Serge , mais brisés moralement et par conséquent pour certains incapables de repartir sur de bonnes bases.

Pourtant ces bases, nos grands parents les avaient construites.

Et bien non, il faut croire que non, car si ces bases n’ont produit après 50 ans que 2500 euros...ces juifs ne devaient pas être bon à bâtir quelque chose, nous dit la France.

C’est bizarre, les mêmes français, partis avec les mêmes petites mais solides bases (sauf qu’ils n’étaient pas juifs, mais a-t-on le droit de le dire comme cela à ceux qui ont si médiatiquement si bien reconnu leurs fautes !), ont eux bâtis des fortunes...investi dans le commerce, l’immobilier... enfin ils ont su faire des petits, quoi, comme on dit..."pierre qui roule n’amasse pas mousse". Nous nos grands parents ont roulé au fond des fosses, mais on ne veut pas quand même pas nous donner la mousse.

On m’a dit, "la commission ne s’occupe pas des réparations morales".... Et bien heureusement, car s’ils s’occupaient des réparations morales comme ils se sont occupés des réparations financières, la réparation prendrait encore mille ans...

Et oui, mais, aide-toi, le ciel t’aidera... . C’est dommage, l’autre moitié du pardon (faute avouée à moitié pardonnée ! ça évite des indemnisations, peut-être ont-ils pensé !) , nous aurions pu la donner en contrepartie d’ une vraie indemnisation...

Je vous remercie et vous présente mes meilleurs voeux, Monsieur Ariel ALEXANDRE, dans 1000 ans peut-être... on sera indemnisé juste ment.

Georges DRAJNER



David Levy
webmaster




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables