« Sharon est vivant ! »

BILLET DU 8 JANVIER 2006
publié le samedi 7 janvier 2006
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Le monde retient son souffle. Les communiqués se succèdent depuis l’hôpital Hadassah de Jérusalem, exemple de transparence étant dit au passage. L’accident cérébral d’Ariel Sharon, les interventions chirurgicales, les suites opératoires placent le monde entier dans une attente angoissante. Les experts en neurologie se succèdent dans les médias pour expliquer la gravité de la situation et le caractère irréversible de l’état de santé du Premier ministre israélien. Et puis il y a les charognards, qui dans les médias, qui parmi les hommes politiques, qui parmi les fanatiques de tous bords qui parlent déjà de Sharon au passé l’ayant enterré avant qu’il ne soit mort.

Ariel Sharon est vivant ! Que l’on arrête ces nécrologies qui sont aussi indécentes qu’obscènes. J’ai été ému, comme des centaines de juifs parmi vous, d’assister à cet office qui s’est tenu jeudi soir en la Grande synagogue de la Victoire à l’initiative du Grand rabbin de France. Joseph Sitruk, plus que quiconque, sait la fragilité de l’homme et la force de la prière qui conduit au miracle, il en est l’incarnation vivante. Il a donc souhaité une cérémonie simple et sobre où l’émotion le disputait à l’intensité des prières. Et les journalistes qui tendaient les micros et les caméras en interrogeant diverses personnalités se comportaient comme si cet office marquait le deuil du Premier ministre israélien.

Il nous faut parler d’Ariel Sharon au présent et au futur. Son action politique appartient dorénavant au passé, c’est ce que semblent dire les médecins et les experts. Mais le propre de la prière c’est de s’en remettre à Dieu et de garder l’espoir. Pourquoi celui que l’on nomme « le bulldozer » ne sortirait t-il pas debout de cette bataille dont je me refuse à parler comme étant son ultime combat ? Un juif qui prie est un homme qui ne renonce pas et qui conserve intacte sa croyance dans le Tout-Puissant.

Nous avons hier, dans toutes les synagogues, prié pour le rétablissement d’Ariel Sharon. Nous avons demandé, comme jadis le faisait Maïmonide, d’accorder à ceux des hommes qui ont entre leurs mains la vie de Sharon, la sagesse, la clairvoyance et l’expertise de leurs connaissances. Car s’il faut prier Dieu, c’est pour lui demander de guider la main et l’intelligence des médecins.

Non Sharon n’est pas mort et le fait même d’évoquer cette hypothèse c’est déjà renoncer et s’avouer vaincus. Jusqu’au moment ultime, que nous souhaitons le plus lointain possible, il nous faut prier pour un homme malade. Il nous faut aussi prier pour l’Etat d’Israël. Et il nous faut agir pour poursuivre l’œuvre d’un homme de paix, un homme d’Etat, un homme dont l’envergure est incontestable.

Ariel Sharon mérite que Dieu lui accorde la vie. Ne nous arrêtons pas de prier. Nous lisons cette semaine la Parashah Vayehi qui signifie « il a vécu ». Transformons le temps de ce verbe au présent et au futur selon l’expression traditionnelle : shé ‘ihié, qu’il vive !

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables