« Le parti des dinosaures... »

BILLET DU 4 DECEMBRE 2005
publié le lundi 5 décembre 2005
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Pour ceux qui trouvent que la vie politique française manque de saveur, pour ceux qui pensent que la droite et la gauche c’est à peu près la même chose, pour ceux qui considèrent que les hommes politiques sont tous les mêmes, alors à ceux-là j’aimerais leur conseiller de s’intéresser à la politique...israélienne. Quel exemple ! Rendez-vous compte, le paysage politique israélien qui reposait depuis des années sur quatre formations principales, avec en tête le Parti Travailliste et le Likoud, a vu en l’espace d’une conférence de presse sa physionomie se transformer du tout au tout. Il aura suffit d’un coup politique de maître de l’actuel Premier ministre Ariel Sharon pour métamorphoser en profondeur le paysage politique israélien.

Imaginez un instant un homme politique français, même un ténor -on pense tous au même- claquer la porte de son parti et en créer un nouveau. Qui rassemblerait-il autour de lui ? Quelles seraient ses chances de devenir du jour au lendemain le premier parti du pays ? Non décidément Israël est unique dans bien des domaines, et la politique ne déroge pas à la règle. Les deux amis, Ariel Sharon et Shimon Peres, car ils sont amis depuis toujours dans la vie bien que s’opposant politiquement, du haut de leurs 82 ans, ils ont le même âge, rassemblent dorénavant la majorité des israéliens dans un parti tout neuf, Kadima, vieux d’une semaine à peine.

Les récents sondages font frémir tous les partis israéliens. Les élections législatives qui se dérouleront en mars prochain pour la Knesset prévoient déjà que Kadima sera le parti majoritaire, devant le Parti Travailliste et le Shass, reléguant le Likoud en dernière position. Sur les 120 sièges que comptent le Parlement israélien, près de 40, soit un tiers, devraient revenir à la nouvelle formation conduite par le duo des dinosaures de la politique israélienne : Sharon et Peres. Quel est leur programme ? Nul ne le sait et cela importe peu à vrai dire. Leur objectif en revanche est connu, accélérer le processus de paix entre israéliens et palestiniens.

Songeons qu’en France, le débat de la semaine passée s’est fait autour de l’âge du Président de la République. 73 ans, trop vieux ! Et bien à 82 ans, Sharon et Peres semblent être au printemps de leur vie politique. L’expérience est payante et l’âge apparaît davantage comme un symbole de maturité et d’expérience que de vieillesse et de perte de ses moyens et facultés. C’est peut être là que le judaïsme entre en ligne de compte en respectant ses ainés et en leur accordant la sagesse que n’ont pas les plus jeunes. Car du coup Netanyahou et Peretz font office de petits jeunes voire de gringalets qui seraient inspirés d’entendre les leçons des doyens. Les électeurs du Likoud ne s’y sont pas trompés puisque 65% d’entre-eux sont prêts à suivre Sharon dans son aventure. Quand à Peres que l’on croyait en retraite forcée, il revient au tout premier plan. Cette expérience mérite d’être tentée et, disons-le, pour un coup d’essai, c’est un coup de maître.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables