Spoliations 1940-45

publié le jeudi 20 octobre 2005
Partagez cet article :



Voici une lettre envoyée au Premier Ministre par M. Ariel ALEXANDRE que nous republions :

publicité

Vence, le 15 septembre 2005.
Monsieur le Premier Ministre,

Ma mère, ma soeur et moi-même venons d’être indemnisés par vos services à la suite des spoliations que nous avons subies durant la 2ème guerre mondiale du fait des législations antisémites adoptées par le régime dit de Vichy. Cette indemnisation (2500 euros pour ce qui me concerne) survient plus de 60 ans après que nous avons pratiquement tout perdu (à noter que mon père a eu largement le temps de mourir avant que l’Etat français n’ait eu l’idée de nous indemniser) - 60 ans pour reconnaître un traumatisme matériel, physique et moral dont ma soeur et moi-même ne nous sommes jamais remis !

Je ne conteste pas le montant dérisoire de l’indemnisation, compte tenu des contraintes budgétaires. Ce que je conteste, c’est que l’Etat ait attendu 60 ans pour penser à ceux qui avaient été spoliés, attente d’autant plus scandaleuse que la spoliation a été causée par des dénonciateurs et des profiteurs ... français.

On entend dire, ces derniers temps, que les citoyens n’ont pas seulement des droits, mais également des devoirs : c’est tout à fait exact. Mais l’Etat devrait donner l’exemple : il n’a pas que des droits vis-à-vis de ses “administrés”, il a également des devoirs, au premier rang desquels celui de protéger lesdits “administrés”. Et lorsqu’il faillit à ce devoir, il a celui de réparer dans les plus brefs délais, comme on l’exige d’une compagnie d’assurance ou d’un voleur. Soixante ans, est-ce un délai raisonnable, un délai acceptable ? Il est vrai que cela aurait pu être pire : vous - l’Etat - auriez pu attendre encore une trentaine d’années de plus et vous vous seriez ainsi épargné toute indemnisation, de quelque ordre que ce soit !

J’espère que l’Histoire retiendra que non seulement un régime politique français - celui dit de Vichy - a marqué une époque et une population du sceau de l’infâmie, mais qu’en outre, les régimes qui lui ont succédé ont fait preuve pendant longtemps, pendant beaucoup trop longtemps, d’une coupable indifférence à l’égard de ceux qui avaient le plus souffert de ce régime d’infâmie.

Veuillez noter que j’envoie copie de cette lettre au Centre Simon Wiesenthal, à M. Serge Klarsfeld, aux institutions juives et au journal “Le Monde”.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma considération distinguée. Ariel Alexandre

M. le Premier Ministre



David Levy
webmaster




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables