Rapport 2004 des activités du Centre Simon Wiesenthal - Europe

publié le jeudi 14 avril 2005
Partagez cet article :


publicité

La branche universitaire du Centre Simon Wiesenthal, ARARE, a tenu à Venise un séminaire sous les auspices de l’UNESCO sur « Le Centenaire des Protocoles des Sages de Sion : un modèle de littérature contemporaine de Haine ». Ironie, au même moment le Centre protestait contre l’étalage comme « livres saints des Juifs », au côté de la Thora, de ce faux tsariste notoire dans la bibliothèque d’Alexandrie rénovée par l’UNESCO.

M. Koïchiro Matsuura, directeur général de l’UNESCO, a temporisé en exigeant que « la Bibliothèque (prouve qu’elle) ne donnait en aucun cas prise à des accusations de racisme en général ou d’antisémitisme en particulier. » La direction égyptienne a retiré ce livre de la présentation.

Le Haut-commissaire des Nations unies pour les droits de l’homme et le gouvernement belge ont invité le Centre à témoigner au Séminaire des Pays occidentaux sur « le développement du Programme d’action de Durban ». Après avoir décrit l’effroyable expérience de Durban pour le peuple juif, le Centre a exposé son programme « Outils pour La Tolérance » comme modèle d’action anti-raciste.

Seule organisation juive présente à la réunion anti-mondialisation du Forum social mondial à Bombay, le Centre a montré le détournement pirate palestinien de ce mouvement en une plate-forme de propagande et de recrutement en faveur de l’antisémitisme. Le Centre a alors été en mesure d’identifier le calendrier des campagnes internationales coordonnées contre, respectivement, la barrière israélienne de séparation, la solution d’un État unique palestinien, la rupture des relations israélo-américaines et israélo-indiennes, l’élargissement des boycotts anti-israéliens et des embargos sur les campus et la « création de la confusion des esprits dans l’opinion israélienne et la diaspora juive ».

Le Centre Simon Wiesenthal a :

1. Protesté auprès du Chancelier allemand Schröder contre la subvention par la Fondation Ebert du parti SPD d’une conférence de Beyrouth par les leaders du Hezbollah et du Hamas sur « Le monde islamique et l’Europe : du dialogue à la compréhension ».

2. Protesté auprès du Saint Siège pour la campagne d’affichage de l’association caritative Caritas intitulée « Mettez fin à l’occupation » et qui montre, sur fond de mur et de barbelés, une carte stylisée de l’État d’Israël auquel sont enchaînés les Territoires palestiniens cadenassés et le Royaume hachémite de Jordanie.

3. Coparrainé la « Marche contre l’antisémitisme » (25.000 personnes) organisée à Paris en avril en liaison avec le Bureau de Vigilance du centre d’antisémitisme, la ligne téléphonique d’assistance aux victimes d’incidents antisémites de la région parisienne, elle-même subventionnée par le Centre Simon Wiesenthal - France.

4. Écrit au Premier ministre grec nouvellement élu, M. Karamanlis, pour la multiplication de « Brûlements de Judas » de Pâques, à la manière des pogroms et diffusés sur les sites Internet touristiques gouvernementaux et évoqué la persistance des profanations de cimetières et de Mémoriaux de la Shoah.

5. Révélé les connections nazies des fondateurs du Musée Hunt de Limerick en Irlande, pressé la présidente irlandaise Madame Mary McAleese de différer la remise du prix du « Musée irlandais de l’Année » à Hunt, dans l’attente d’une enquête sur la provenance des collections du Musée. Demandé également que ces objets soient diffusés par Internet pour permettre la recherche de plaignants d’objets d’art pillés par les Nazis. Cette demande a entraîné un débat national dans les médias sur la neutralité de l’Irlande lors de la Seconde Guerre mondiale et son obligation morale de transparence et de complète révélation.

6. A demandé au Premier ministre italien Berlusconi, à la requête des familles des victimes du massacre des Fosses Ardéatines, de rejeter les appels à la libération de l’assassin nazi, Erich Priebke, jugé coupable.

7. Condamné la profanation d’un cimetière musulman en France et des actes d’islamophobie en Europe.

8. Dénoncé les expulsions, démolitions de maisons et murs de ségrégation dressés contre les Roms (gitans) grecs par la Municipalité d’Athènes sur la route des Jeux Olympiques. Le maire a répondu en invitant le Centre à travailler ensemble contre la discrimination.

9. Alerté M. David Blunkett, ministre britannique de l’Intérieur, sur une commémoration du 9 septembre projetée à Londres par Al Qaïda.

10. Attiré l’attention du ministre allemand de l’Intérieur sur un « Premier Congrès arabo-islamique en Europe » prévu à Berlin et son risque comme outil potentiel de recrutement du terrorisme Jihad. Les autorités ont expulsé l’organisateur et interdit le congrès.

11. Dénoncé les livres antisémites exposés par les éditeurs arabes à la foire du Livre de Francfort.

12. Rencontré les syndicats des magistrats français sur les peines encourues par les auteurs de crimes de haine antisémites et demandé au ministre français de la Justice d’inclure un cours sur « les Juifs de France » à l’École Nationale de la Magistrature pour équilibrer l’enseignement actuel sur « Islam et société française. »

13. Protesté contre l’affiche discriminatoire du maire de Londres, Ken Livingstone, intitulée « Croyance » pour son exclusion du Judaïsme d’entre les communautés de foi britanniques.

14. Fait un exposé lors du Forum mondial des droits de l’homme de l’UNESCO à Nantes protestant contre la « durbanisation » de la réunion.

15. Été invité, avec Sheikh Naseeb d’Arabie Saoudite, président du Congrès musulman mondial, à traiter ensemble de l’islamophobie et de l’antisémitisme au Forum économique mondiale (zone européenne) réuni à Varsovie pour les dix nouveau accédants à l’Union européenne.

16. Attiré l’attention de M. José Manuel Barroso, nouveau président de la Commission européenne sur la « pension » annuelle de 30 millions de dollars à la veuve Arafat comme étant un indicateur de la corruption de l’Autorité palestinienne. M. Shimon Samuels a précisé que « le peuple palestinien était le plus fortement subventionné au monde : de la part de l’Union européenne, des États-unis, du monde arabe et d’une flopée d’organismes des Nations Unies. Comment alors expliquer que, selon les dires, le revenu quotidien du palestinien moyen ne soit que de 2 dollars ? » Une enquête approfondie sur les comptes devrait être menée.

17. Recommandé à la Commission européenne d’entamer les négociations d’entrée de la Turquie, déclarant que, « alors que l’ex-chancelier allemand Kohl avait qualifié la Turquie d’inapte à l’adhésion au club européen, le Centre avait rappelé que les réfugiés juifs expulsés par les monarchies ibériques avaient été accueillis par l’empire ottoman ». Lorsque l’ancien président français Giscard d’Estaing a répété le même propos, le Centre a fait remarquer que « pendant que la France de Vichy déportait ses Juifs à Auschwitz, un papier d’identité turc servait de passeport pour la vie » et a ajouté que « si la Turquie s’engageait, ce serait là un exemple à la fois pour l’Europe et le Moyen Orient, et montrerait un crédit plus irréprochable que celui de nombre de membres actuels de l’Union européenne ».

18. Protesté auprès du Premier ministre grec Kostas Karamanlis contre l’épidémie de graffiti antisémites et racistes sur des bâtiments publics tout au long de 70 kilomètres de la principale autoroute d’Athènes.

19. Appelé le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel en France à annuler la nouvelle licence de Al-Manar, la chaîne télé du Hezbollah, en vue d’éradiquer sa promotion des programmes de haine diffusés en Europe par le réseau français Eutelsat. La campagne du Centre a été couronnée de succès et la licence révoquée.

20. Exprimé à l’Organisation Mondiale de Santé (OMS) son horreur pour avoir décerné ses prix sur la lutte contre le tabagisme et sur la nutrition à Al-Manar, la chaîne télé du Hezbollah, et déclaré que « l’OMS s’est avilie par cette normalisation perverse d’assassins comme pourvoyeurs de santé. »

21. Fait part de son indignation au Premier ministre danois pour un don par l’organisation non gouvernementale « Rebellion » de Copenhague de 50.000 couronnes danoises au Front populaire pour la Libération de la Palestine, juste avant sa fière revendication d’une attaque-suicide dans un marché de Tel-Aviv causant trois morts et trente-cinq blessés.

22. Demandé à Carol Bellamy, directeur exécutif de l’UNICEF « de dénoncer le recrutement d’enfants pour des actes de terrorisme et d’encourager les groupes de défense de l’enfance à travers le monde à agir contre ceux qui incitent, embrigadent ou abusent de manière ou d’autre des enfants pour en faire leurs exécutants de mort, quelle que soit la cause, n’importe où dans le monde. » Madame Bellamy a répondu par une condamnation totale.

23. Lancé un appel au président de la Banque Centrale Européenne, M. Jean-Claude Trichet, pour faire fermer six comptes bancaires considérés par le Centre comme circuits du Hamas, organisation terroriste dont les activités en Europe ont été interdites par l’Union européenne. Ces comptes permettent à ces organisations, grâce à leurs sites Internet antisémites, de glorifier en Occident les attaques du Jihad. Le président de la BCE a répondu avoir demandé aux banques centrales des pays concernés de prendre des mesures immédiates.

24. Été présent au Troisième Forum Social Européen à Londres. Ce rassemblement régional anti-mondialisation de plus de vingt mille personnes et la marche de la Paix déjà citée de cinquante mille manifestants, a été détournée en plate-forme de propagande pour la cause palestinienne et l’antisémitisme en préparation du Cinquième Forum Social mondial prévu à Porto Alegre (Brésil) en janvier 2005.

25. Été convié à organiser et animer une session spéciale intitulée « De peur que nous n’oubliions les enseignements de la Deuxième Guerre mondiale » au Forum Économique Mondial de Davos 2005. Parmi les participants, Lord Carey of Clifton, les Premiers ministres de Pologne et Croatie et le Grand Mufti de Bosnie-Herzégovine.



David Levy
webmaster




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables