Déclarations suite au décès de Yasser Arafat

Communiqué de l’Ambassade d’Israël en France
publié le dimanche 14 novembre 2004
Partagez cet article :


publicité

Moshe Katsav, Président de l’Etat d’Israël

« La mort d’Arafat peut être le commencement d’une nouvelle époque. J’espère que le leadership palestinien prendra une nouvelle direction qui mettra fin à la violence et au terrorisme. (...) S’il fait cela, il trouvera en Israël un partenaire déterminé pour la paix ».

Ariel Sharon, Premier ministre

11 novembre

« Les récents événements sont susceptibles de constituer un tournant dans l’histoire du Moyen-Orient. Israël, qui est un pays recherchant la paix, continuera bien sûr ses efforts en vue d’atteindre sans délai un arrangement diplomatique avec les Palestiniens. J’espère que le nouveau leadership palestinien qui émergera comprendra que les progrès dans la résolution des problèmes dépendent - en premier lieu et avant tout - de l’arrêt du terrorisme et du combat pour le juguler. J’espère en effet que cela adviendra et que nous pourrons aller de l’avant pour atteindre un accord diplomatique. »

Silvan Shalom, Ministre des Affaires étrangères

11 novembre

« Nous sommes à une période historique, l’aube d’une nouvelle ère pour le Moyen-Orient, une ère qui est porteuse de possibilité et d’espoir : celles d’un réel changement pour le meilleur. Nous espérons que la fin de l’époque Arafat sera aussi la fin de la période de terreur.

Depuis des décennies, Israël a vécu avec l’ombre du terrorisme. Terrorisme qui a détruit les vies de milliers de personnes innocentes, et qui a sérieusement freiné notre société et notre économie. Nous ressentons tous en ce moment les terribles douleur et souffrance que nous avons endurées de la part des terroristes et de ceux qui les encouragés et menés.

Maintenant, nous avons une chance que les choses soient différentes.

Israël est résolu à assurer le calme et la stabilité durant cette période sensible. Nous nous étions engagés à faciliter la prise en charge médicale du Président de l’Autorité Palestinienne et nous l’avons fait, et nous continuerons à agir avec le même esprit de responsabilité et de retenue.

L’Etat d’Israël n’a jamais abandonné son désir de vivre en paix avec le peuple palestinien. A ce carrefour historique, nous continuons à tendre notre main au peuple palestinien en paix.

Israël n’est pas - et ne sera pas - impliqué de quelques façons que ce soit dans les questions de succession au sein de l’Autorité Palestinienne. Ce sont les Palestiniens qui détermineront leur propre futur, pas Israël.

C’est notre espoir que quiconque dirige les Palestiniens, il combatte le terrorisme. Cette nécessité fait partie de la phase I de la Feuille de route et garantie par la communauté internationale ; c’est la seule façon de revenir à des négociations directes indispensables pour la paix.

Dans le même temps, le Gouvernement reste engagé dans le Plan de désengagement. La préparation de sa mise en œuvre est en cours.

J’ai longtemps soutenu que Yasser Arafat était un obstacle à la paix, et qu’un leadership palestinien responsable ne pourrait émerger qu’une fois qu’il aurait disparu de la scène politique. Ces déclarations vont maintenant être mises à l’épreuve des faits. Nous verrons ces prochaines semaines, ces prochains mois, si nous avons un véritable partenaire pour un retour aux négociations, ce qui a toujours été notre voie privilégiée.

Le décès de Yasser Arafat représente une opportunité pour une nouvelle impulsion. Chaque partie doit saisir cette opportunité.







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables