Des enfants de Beslan en Israël

publié le mercredi 27 octobre 2004
Partagez cet article :


publicité

La ville israélienne d’Ashkelon vient d’accueillir une première petite fille, ancienne otage de Beslan. Le 7 novembre, elle recevra vingt autres enfants de Beslan et leurs dix accompagnateurs.

Lena Kantemirova, six ans, est l’une des victimes de Beslan. Elle est arrivée ici avec ses parents, Sergueï et Indira, à l’invitation du maire d’Ashkelon, et y restera plusieurs semaines.

Lena, qui vit avec ses parents à Saint-Pétersbourg, avait passé l’été à Beslan, chez ses grands-parents. Sa tante, professeur d’anglais à l’école n°1, l’avait prise avec elle pour assister à la fête de la rentrée scolaire. C’est de cette manière que la fillette s’est retrouvée au coeur de la tragédie.

Elle a passé les trois jours avec sa tante, dans le gymnase de l’école. Elle a gardé le souvenir de la chaleur, d’une atmosphère étouffante. De temps en temps seulement, les preneurs d’otage les autorisaient à avaler quelques gorgées d’eau. Lorsque l’explosion qui a provoqué la chute du plafond a retenti, la tante a sauvé la nièce en se couchant sur elle. Personne n’a encore annoncé à Lena que la jeune soeur de son père avait trouvé la mort.

A Ashkelon, la famille Kantemirov est hébergée à l’hôtel. Lena a plaisir à se rendre à la piscine, elle aime le parc d’attractions de la ville, s’est vu offrir de nombreux jouets. La fillette n’a pas mis longtemps à savoir comment fonctionnait l’ordinateur de la salle de jeux et elle s’en sert pour habiller, parer et maquiller sa poupée virtuelle. Sergueï Kantemirov, issu d’une famille célèbre d’artistes de cirque, affirme qu’il voit sourire sa fille pour la première fois depuis la tragédie.

Pour les vingt enfants et leurs accompagnateurs qui arriveront à Ashkelon le 7 novembre, la mairie met au point un vaste programme comprenant des excursions en Israël. En cas de nécessité, les enfants pourront recevoir une aide médicale et psychologique. Les jeunes Russes seront toujours accompagnés d’adultes parlant russe. Avec l’aide de la communauté des originaires de la CEI, la municipalité fait tout pour que les enfants de Beslan se sentent comme chez eux à Ashkelon.

Ratmir Orestov (RIA - Novosti)







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables