« Le bouffon du Rabbin... »

publié le dimanche 3 octobre 2004
Partagez cet article :



Billet d’humeur du Rabbin Gabriel FARHI diffusé le dimanche matin sur Judaïques 94.8 FM.

publicité

Bonjour,

L’humoriste controversé, Dieudonné, a encore fait parler de lui cette semaine, mais pour une fois bien malgré lui. Il n’est ni question de sa liste « euro-palestine », ni encore encore de sa récente condamnation par le tribunal d’Avignon pour « propos racistes » et « injures raciales » visant les juifs, ni encore des rebondissements de son sketch autour de l’axe americano-sioniste ponctué par un vibrant « Heil Israël ». Non cette fois-ci c’est un rabbin, Haïm Korsia, conseiller du Grand Rabbin de France qui met sous les feux des projecteurs l’humoriste en lui offrant une tribune inattendue et par-là même une virginité. Deux jours après la journée de Kippour, Haïm Korsia et Dieudonné prennent donc un verre ensemble et bras dessous, bras dessus, se lancent un défi : l’un accompagne le rabbin à Auschwitz alors que l’autre s’engage à visiter Gorée, petite île qui se situe au large de Dakar au Sénégal d’où sont partis les esclaves noirs vers les Amériques. Un échange de bons procédés en quelque sorte.

L’invitation fait grand bruit, c’était tout de même le but, et le rabbin enthousiaste se réjouit de la médiatisation d’un pèlerinage vers le plus grand cimetière juif au monde, qui devrait a priori rester une démarche intérieure et recueillie. Dans le même temps Dieudonné, acceptant l’invitation, dit comprendre la souffrance humaine comparant celle de la Shoah aux trois siècles d’esclavagisme. Le caractère unique de la Shoah se trouve d’une phrase balayée reléguant les six millions de juifs assassinés au rang des souffrances collectives de l’humanité. C’est ce que l’on appelle en d’autres termes la banalisation de la Shoah qui conduit souvent à sa négation. On ne tirera pas sur l’ambulance en accablant davantage l’impétueux rabbin rappelé à l’ordre par l’ensemble des responsables de la communauté juive de France, à commencer par le Grand rabbin de France qui se désolidarisa bien heureusement de cette initiative personnelle prise sans concertation.

Le mal est fait de toute façon dans la mesure où l’annulation de cette invitation place la communauté juive dans un rôle de censeur qui déciderait de la légitimité des uns ou des autres à se rendre à Auschwitz.

Il convient tout de même de rappeler que parmi de nombreuses insinuations, Dieudonné avait qualifié les juifs « d’anciens négriers reconvertis dans la banque ». Admettons alors que la démarche de Haïm Korsia soit noble et provienne d’une intention louable, ce dont on peut douter, inviter Dieudonné à Auschwitz revient à tirer un trait sur ses déclarations alors même que l’humoriste se produit en ce moment même dans un spectacle intitulé « Mes excuses » qui se termine sur un bras d’honneur fait aux juifs. Il suffirait de comprendre que vouloir « tendre la main » a quelqu’un qui fait un bras d’honneur ne permet pas d’exprimer des salutations courtoises.

Décidément il y a des gens qui ne sont pas fréquentables. Que chacun conserve son rôle : le bouffon celui de bouffon et le rabbin celui de rabbin. Dieudonné a essayé dans un sketch d’inverser les rôles, que le rabbin ne le fasse pas à son tour !

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables