Roch ha-Chanah - la Tête de l’Année hébraïque ou la proclamation de la Royauté de Dieu.

publié le mardi 17 août 2004
Partagez cet article :


publicité

(GIF) Le jour anniversaire de la création de l’homme, Adam, correspond au 1er Tichri. Ce jour porte le nom hébraïque de « Roch ha-Chanah » ou Tête (commencement) de l’Année, soit le jour de l’an hébraïque, il se dit en araméen « Reich Chata ». Cependant, c’est uniquement dans le texte de la Michnah - Ordre Mohèd traité Roch ha-Chanah - que cette fête est appelée Roch ha-Chanah, car la seul fois où ce nom est évoqué dans le Tanakh est une allusion au jour de Kippour ; « A Roch ha-Chanah, le 10 du mois... », citée dans le livre d’Ezékiel 40-1. Toutefois, il se trouve deux autres sources faisant allusions à cette fête dans la Torah ; « la fête de la récolte au déclin de l’année » Chémot 23-16, et « la fête de la récolte au renouvellement de l’année » Chémot 34-22. A ce sujet les Maîtres du Talmud de Jérusalem enseignent ; « Qu’elle est le mois où il se trouve une fête, une période, et la récolte et l’année qui se termine ? c’est Roch ha-Chanah ». Chaque année, les Juifs ont pour précepte de célébrer le premier jour de l’an. Celui-ci porte deux noms dans la Torah, celui de ; «  Zikaron Térouha - Souvenir de Sonnerie » et est rappelé par le verset ; « Et l’Eternel parla à Moïse en ces termes : Parle aux enfants d’Israël en ces termes : Et le septième mois, le premier du mois sera pour vous jour chômé, souvenir de sonnerie, appel de sainteté, vous ne ferez aucun travail, et vous offrirez des sacrifices au nom de l’Eternel » le Lévitique section Vayikra 23-24. Et celui de «  Yom Térouah - Jour de Sonnerie » et est rappelé par le verset  ; « Au septième mois, le premier jour du mois, il y aura pour vous une convocation sainte, vous ne ferez aucune œuvre servile. Ce sera pour vous un jour de sonnerie du Chofar » les Nombres section Pinhas 29-1. Car, comme tout couronnement d’un roi terrestre accompagné du son des trompettes, les Juifs sonnent du « Chofar - corne de bélier », tout en chantant des louanges et des prières à la gloire de Dieu, le Roi qui désire la vie. Nos Sages enseignent : « Pourquoi sonne-t-on du Chofar à Roch ha-Chanah ? Le Saint, béni soit-Il répond : Sonnez devant Moi de la corne de bélier, afin que Je me souvienne en votre faveur du sacrifice d’Isaac fils d’Avraham et Je considérerai chacun comme ayant été sacrifié devant Moi », ce jour était le 1er tichri. Cependant, le Rambam cite dans la partie des Lois du Repentir : « Bien que la Mitsva de sonner du Chofar à Roch ha-Chanah soit un décret divin, il s’y trouve une allusion dans les Ecritures : « Réveillez-vous de votre sommeil, vous les endormis, levez-vous de votre somnolence, faites un bilan de vos actes, repentez-vous et souvenez-vous de votre Créateur. Vous, qui oubliez la vérité et perdez vos années en vanités et en leurres, considérez la valeur de vos âmes, considérez vos conduites et vos fautes et que chacun abandonne ses mauvaises voies et ses mauvaises pensées ». Dans le Temple de Jérusalem on sonnait ce jour avec un Chofar et deux trompettes en argent pur. Le commandement essentiel de cette fête est le couronnement de Dieu, Roi des rois, le Créateur et Maître de l’univers. Comme en témoigne le récit d’Adam qui, doté d’une intelligence, a proclamé Dieu le Maître de l’univers : « Venez, allons adorer Dieu notre Créateur, nous incliner et nous prosterner devant lui ». Ce jour porte aussi les noms de «  Yom ha-Zikaron - Jour du Souvenir », et de «  Yom ha-Din - Jour du Jugement ». A ce sujet, nos Sages enseignent qu’à Roch ha-Chanah, Dieu s’installe sur son Trône pour juger le monde. Il ouvre en ce jour le livre des « Justes », des « Impies » et celui des « Moyens », car en ce jour, Dieu fait défiler devant Lui toutes les créatures terrestres afin de les juger selon leurs actions. Le Talmud de Babylone traité Roch ha-Chanah 16-a enseigne : « A Roch ha-Chanah, tous les habitants de la terre passent devant Lui comme le troupeau du berger, ainsi qu’il est dit : Celui qui a façonné ensemble leur cœur, distingue tous leurs actes ».

La Torah énumère 4 fêtes de Roch ha-Chanah

Le corpus législatif la Michnah énumère au premier chapitre du traité Roch ha-Chanah quatre fêtes qui portent le nom de Roch ha-Chanah. 1/ le 1er du mois de Nissan, celui-ci est le jour de l’an utilisé pour le compte des années des Rois d’Israël et des fêtes ; « Ce mois ci (nissan) est pour vous le début des mois, il sera pour vous le prémices pour les mois de l’année » Chémot 12-2. C’est en ce mois que les Enfants d’Israël sont sortis d’Egypte. Ainsi la fête de Péssah est la première fête de l’année ; « le fête de Péssah, la fête de Chavouhot, et la fête de Souccot » Dévarim 16-17. 2/ le 1er du mois de Elloul, celui-ci est le jour de l’an pour le compte des dîmes des animaux. 3/ le 1er du mois de Tichri, il est le premier jour de l’année. Il marque le début des comptes des années de jachère et fixe le jour des solennités de l’année du jubilé. Il est aussi valable pour le compte des années des dîmes des plantations et les dîmes des légumes. 4/ le 1er Chévat correspond au jour de l’an des Arbres, selon l’avis de Chamaï, selon l’école de Hillel, c’est le 15 chévat. Toutes ces lois nécessitent une étude approfondie que nous n’évoquerons pas dans ces lignes.

Lois et coutumes

Les 1er et 2 tichri sont appelés jours de « Yom Tov » et de « Mohèd - Fête », de tout temps ces deux jours étaient considérés comme un seul jour et convocation sainte. En Israël comme en Diaspora, ces deux jours sont chômés et tous les Juifs sont astreints aux lois et coutumes spécifiques à ce jour. Les Sages recommandent d’étudier avec un maître ces lois un mois avant la fête afin de s’y préparer. Lors des repas, les deux soirs de fête, les Juifs ont la coutume de consommer des mets particuliers comme de la pomme trempée dans du miel, préfigurant ainsi une année aussi douce que le miel. Pendant le mois qui précède la fête, dès le premier du mois de elloul, les Juifs originaires des communautés orientales (dites sépharades) ont la tradition de lire les « Sélihot », des prières appropriées et lues chaque matin avant la prière quotidienne, afin de se repentir des mauvaises actions qu’ils auraient pu commettre volontairement ou par inadvertance. Les Juifs originaires des communautés occidentales (dites ashkénazes) ne commencent ces prières que la semaine précédant le jour de Roch-ha-Chanah. Le 1er tichri ouvre la période dite des « Asséret Yémé Techouva - les 10 Jours de Repentance ». Elle se conclue avec le Jour de Kippour, le 10 tichri, le jour quant Moïse est redescendu avec les Deuxième Table de la Loi. Ainsi pour les sépharadim, les 30 jours du mois de elloul auquel se rajoutent les 10 jours de Repentance, correspondent aux 40 jours durant lequel Moïse est monté pour la troisième au mont Sinaï. Durant ces jours, on a l’habitude de se consacrer d’avantage à l’étude de la Torah et à la prière.







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables