Lawn Tennis Saint-Mandé 165è jour après...

publié le dimanche 4 juillet 2004
Partagez cet article :


publicité

...Les mesures prises par le comité de direction de l’association :


-  exclusion de deux de ses membres
, l’un d’emblée du comité et du club, l’autre du comité seulement (puis du club ultérieurement),

- résiliation de la convention de gérance libre passée il y a 13 ans avec les restaurateurs,

ces deux membres et les restaurateurs ayant fait état de propos antisémites du président du club, entre autres : « les israélites ne se sont jamais posés la question de savoir pourquoi il y avait eu la Shoah ... Des fois, ils créent les conditions pour ; ils croient qu’ils ont la force, qu’ils ont tous les droits. C’est pas vrai... ».


...Les deux membres exclus et les restaurateurs ne sont toujours pas réintégrés,

le même comité reste à la direction du club (hormis une démission en mars),
le président du club ne s’est toujours pas publiquement excusé. Il a démissionné mais reste membre du comité de direction.


...Les démarches sont poursuivies et la situation évolue :

- Une plainte avait été déposée le 5 avril dernier auprès du parquet de Créteil. Au terme de l’enquête préliminaire menée par le commissariat de Vincennes, le Procureur de la République a décidé d’engager des poursuites judiciaires à l’encontre du président du club pour discrimination raciale et incitation à la haine raciale.


-  L’Association L.T.S.M. est assignée à comparaître devant le Tribunal de Grande Instance de Créteil le 5 octobre prochain pour que soit jugée la validité des décisions d’exclusion des deux membres et de résiliation du contrat des restaurateurs prises par le comité de direction le 9 janvier 2004 et entérinées par l’assemblée générale le 26 mars 2004. Il est demandé que soient prononcées la nullité des décisions d’exclusion des deux membres, leur réintégration au sein de l’association et du comité de direction et la nullité de la décision de rupture du contrat passé avec les restaurateurs.


-  La Fédération Française de Tennis a été saisie de cette affaire, en particulier par le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme. Le dossier a été transmis à la commission des litiges de la Ligue de tennis du Val de Marne qui l’examinera lors de sa prochaine réunion prévue le 26 juin 2004. Les deux membres exclus et l’ancien président du club y sont convoqués. La commission fera état de sa position et de ses décisions aux intéressés dans un délai de 15 jours.

- M. Roger CUKIERMAN, président du C.R.I.F., a reçu jeudi 17 juin un des membres exclus du L.T.S.M., qui lui a exposé précisément l’ensemble des faits. Après une écoute attentive, M. CUKIERMAN lui a exprimé sa préoccupation sur la gravité des faits.

- M. Patrick BEAUDOUIN, député-maire de Saint-Mandé, qui ne s’est pas encore officiellement exprimé sur les propos du président du club et sur l’attitude du comité de direction, recevra le jeudi 13 juillet prochain M. Patrick GAUBERT, président national de la L.I.C.R.A., qui, dans plusieurs courriers et lors d’un entretien avec le président du club en mars dernier, avait dénoncé ces propos et demandé l’annulation des mesures prises par le comité.


...combien de jours, de semaines ou de mois faut-il, en France en 2004, pour qu’une telle situation cesse ?

Collectif du Lawn Tennis Saint-Mandé






blog comments powered by Disqus


Articles du même auteur
 


Articles dans la même rubrique
 


Articles incontournables