Lettre ouverte de Fanny Haïm aux juges de la Cour Internationale de Justice

publié le lundi 23 février 2004
Partagez cet article :



"YOU ARE JUDGING AND I AM BURYING MY HUSBAND (Article by Fanny Haim, Yediot Ahronot, 23.2.04, p. A1)

La lettre ouverte de Fanny Haïm aux juges de la Cour Internationale de Justice

Son mari a été assassiné hier dans l’attentat de Jérusalem

Lettre parue aujourd’hui dans le quotidien israélien « Yédiot Aharonot »


publicité
(JPEG)

Aujourd’hui, Messieurs les juges de La Haye, au moment où vous débattrez de cette barrière de sécurité, je serai en train d’enterrer mon mari. Je ne suis pas une politicienne. Je me tourne vers vous en tant que simple être humain. Cette barrière aurait pu sauver mon mari. Yéhouda était mon amour de jeunesse. Nous étions mariés depuis 21 ans et la sœur de Yehouda est l’épouse du conseiller économique de l’ambassade d’Israël dans votre ville de La Haye. Cela fait des mois, qu’elle essaie avec les diplomates de l’ambassade de faire ouvrir les yeux au monde. Des mois entiers qu’elle défend les droits de l’État d’Israël. Mais moi, je ne réclamais qu’un seul droit, modeste : celui de continuer à choyer mon mari, celui de pouvoir ensemble voir grandir nos enfants et nos petits-enfants. Aujourd’hui, même ce droit-là m’a été enlevé. Pour moi, c’est trop tard. Mais vous, messieurs les juges, pouvez encore permettre à d’autres familles de jouir de ce droit élémentaire : celui de vivre heureux, de se lever le matin sans douleur. Alors, aujourd’hui, lorsque vous vous pencherez sur ces grands dossiers, pensez, ne serait-ce qu’un seul instant, aux gens simples. Pensez au grand cœur de mon mari Yehouda, pensez à notre fils Avner. Peut-être serez-vous capable de lui expliquer pourquoi, à 10 ans, il est déjà orphelin ? Aujourd’hui, dans votre salle d’audience des gens vont débattre, ils vont lancer des accusations. Dans ma maison, ce sera le défilé incessant des amis venant présenter leurs condoléances. Mais moi, je resterai inconsolable. Car ce soir, lorsque vous, messieurs les juges rentrerez chez vous, à La Haye, et que vous irez embrasser vos enfants, moi, je resterai seule. Certes, je suis loin de toute politique, mais aujourd’hui, touchée par le deuil, je pense avoir acquis, par le sang et par les larmes, le droit de m’adresser à vous et de vous dire : si une barrière de sécurité avait été édifiée sur toute la longueur du pays, peut-être que ce soir j’aurais encore pu embrasser mon mari. Ne jugez pas mon pays ! Ne l’empêchez pas de tout faire pour se défendre et pour éviter ainsi d’autres sacrifices. Aujourd’hui, je vais enterrer mon mari ; quant à vous, là-bas à La Haye, n’enterrez pas la Justice !

Fanny Haïm

Devant le nouvel attentat horrible du 22 février 2004 revendiqué par les hommes du Fatah et de Yasser Arafat, A la veille de la 1ère session de la Cour International de La Haye sur la barrière de sécurité, Pour éviter de voir à nouveau ces images et photos d’attentat ci-dessous, Transférez ce mail à la Cour International de Justice

Fax : 00 31 70 36 49 928 or (31) (0)70 302 23 23

Email of International Court of Justice : information@icj-cij.org

Website : http://www.icj-cij.org/

It will take you only few seconds

Cour internationale de Justice
Palais de la Paix
2517 KJ La Haye
Pays-Bas Téléphone
(31) (0)70 302 23 23
Téléfax (31) (0)70 364 99 28
Télex 32323
information@icj-cij.org
mail@icj-cij.org
webmaster@icj-cij.org

(JPEG)
(JPEG)
(JPEG)

Fanny Haim, whose husband Yehuda was killed in [yesterday’s] terrorist attack [in Jerusalem], appeals to the judges in The Hague.

"Today, in The Hague, you will sit in judgment. Today, I will bury my husband, my heart - which has been cut in two. I am not a politician. I am appealing to you as someone who has lost her husband, a woman whose heart has been silenced - and a woman whose tragedy the separation fence could have prevented. I was married to Yehuda for 21 years. He was the love of my youth, since I was 15. Yehuda’s sister is Israel’s Economic Attach ? in The Hague and works in the Embassy there. For months, she, her husband and the Embassy staff have been trying to open the world’s eyes. For months, they have been fighting for the rights of the State of Israel. As for me, what could I have asked for ? Only for my small right, my husband’s right, the right to see our children grow and prosper, go to school and serve in the army. I will no longer receive this right. But today, you can see to it that other Israeli families will merit this basic thing - to raise a happy family, to get up in the morning without bereavement, without gravestones, and without cemeteries. Today, as you begin your deliberations with open eyes, think, just for a moment, about the ordinary people behind this bloody conflict. Think for a moment about the golden heart of my husband Yehuda, and about our young son, Avner. Maybe you can explain to him - he’s only 10-years-old - why in God’s Name he doesn’t have a father any more. People will enter your hall today, who will speak, who will accuse. Mourners will enter my home and I will be unable to understand and I will certainly not be consoled. This evening, you will go home, kiss your spouses, hug your children - and I will be alone. True, the politics are far from me, but now as the pain is far too close to me, I think that I have acquired, with integrity and with tears, the right to appeal to you and say : If there had been a fence all along the length of the state, then maybe I, just like you, could kiss my husband this evening. Do not judge my country ; do not restrain it from preventing additional people from becoming victims. Today, I am burying my husband ; don’t you bury justice.

Fanny Haim"

Transfer this email to the International Court of Justice :

Fax : 00 31 70 36 49 928 or (31) (0)70 302 23 23
Email of International Court of Justice : information@icj-cij.org
Website : http://www.icj-cij.org/
It will take you only few seconds

Cour internationale de Justice
Palais de la Paix
2517 KJ La Haye
Pays-Bas Téléphone
(31) (0)70 302 23 23

Téléfax (31) (0)70 364 99 28
Télex 32323
information@icj-cij.org
mail@icj-cij.org
webmaster@icj-cij.org



David Levy
webmaster




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables