Chronique de Gilles William Goldnadel sur Radio J

Vendredi 23 janvier 2004
publié le lundi 26 janvier 2004
Partagez cet article :


publicité

Ainsi, le Garde des Sceaux aurait décidé de faire poursuivre Messieurs LATRECHE et DIEUDONNé pour leurs derniers débordements verbaux.

Bien entendu, il convient de se réjouir d’une telle décision politique.

Sur un plan général, j’ai déjà eu l’occasion ces dernières semaines de dire publiquement tout le bien qu’il convient de penser de l’action des ministres de l’Intérieur, de l’Education Nationale et de la Justice qui ont su prendre la mesure, souvent au rebours des médias, de la nouvelle forme de l’antisémitisme véhiculé cette fois non plus tant pas l’extrême-droite que par l’extrême-gauche et par les islamistes.

Pourtant, je ne peux m’empêcher de faire remarquer que si de tels individus ont continué de sévir, c’est d’abord et avant tout parce que les tribunaux ou les pouvoirs publics n’avaient pas sévi à leur encontre lorsque ceux-ci avaient été saisis.

Prenons l’exemple d’un Mohamed LATRECHE.

Avocats Sans Frontières, au début de l’Intifada, lorsque le Parti des Musulmans de France avaient fait défiler mille personnes dans les rues de Strasbourg au cri de « mort aux juifs », avait pris contact avec le Procureur de la République de cette ville pour lui demander d’intervenir.

Peine perdue. Le Procureur était resté placide.

Prenons l’exemple de DIEUDONNé.

L’année dernière, la LICRA avait poursuivi cet histrion devant le Tribunal Correctionnel pour des propos assimilant le judaïsme à une escroquerie. Relaxe de DIEUDONNé...

A la même période, nous avions saisi la justice des propos de la belle-mère d’ARAFAT, Madame Hawa TAWILL, décrivant les juifs de France comme racistes. La Cour d’Appel de Paris avait cru devoir relaxer la belle-mère en invoquant son « émotion »... dans le cadre du contexte israélo-palestinien.

Autant de permis de continuer d’insulter licitement les juifs de France...

Avocats Sans Frontières vient de décrire ce laxisme de la base judiciaire dans « Les territoires perdus de la justice française » publié par L’Observatoire du monde juif.

Il est clair que l’Etat démocratique, s’il veut survivre dans la sécurité, doit se montrer inflexible.

La Communauté juive, si elle veut survivre dans la dignité, doit se montrer, non pas extrémiste comme on l’a dépeinte pour la disqualifier, mais intransigeante à l’égard de l’antisémitisme d’où qu’il vienne.

Sachons prendre pour modèle cet admirable ambassadeur d’Israël en Suède, qui à l’heure de la montée des périls, et tournant le dos à l’exquise urbanité diplomatique, a mis à bas une prétendue œuvre d’art faisant l’apologie du terrorisme palestinien dans le cadre d’une exposition sur le génocide...

Résultat : une semaine après le musée de Stockholm décidait de retirer les affiches célébrant l’œuvre honteuse.

Moralité : pas de transaction avec la haine et le crétinisme intellectuel.



Gilles William Goldnadel
Vice-Président de l’Association France-Israël,
Président d’Avocats Sans Frontières.




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables