Nourith

Partir
publié le mercredi 30 juillet 2003
Partagez cet article :


publicité

Biographie

(JPEG) Cet album n'est pas le fruit du hasard, trois années ont été nécessaires à son élaboration. Trois années pour faire danser les mots aux sons des mélodies, du temps à ravir au silence pour que jaillisse une voix nouvelle, des notes pour composer un univers artistique différent. Le second album de Nourith est le résultat de ce travail, riche de ses recherches et de ses doutes, de ses plaisirs et de ses découvertes.
Que ce soit dans l'intimité d'un studio parisien, à la lisière d'une forêt, ou face à la majesté d'un orchestre, le dernier album de Nourith s'enrichit de toutes ces inspirations. A l'occasion de titres comme " La Peur " ou " On oublie ", sa voix s'épanouit quand chantent 24 cordes ou, en duo avec Maurane, son chant prend les inflexions douces et fortes d'une mélodie scandée à l'unisson.
La France l'a accueillie à l'âge de 20 ans. Elle venait d'Israël après plusieurs années déjà d'un parcours artistique précoce. Première scène à six ans, des frères musiciens, la musique très tôt la fait danser et chanter. Elle se produira à plusieurs reprises sur scène et chantera même au sein de formations rock durant ses années de lycée. Au cours d'un premier séjour en France, elle enregistrera à douze ans un disque chez RCA France. Son premier album, Kôl Yishama, sort en mars 1999. Révélée aux Francofolies de la Rochelle, Nourith avait précédemment forgé son art lors de nombreux concerts dans les rues parisiennes. Elle intègrera l'école fondée par Alice Dona et suivra également les cours d'art dramatique du Théâtre National de Chaillot. Après une participation à la bande originale du Cinquième Elément, Nourith écrira les paroles de Kôl Yishama. Il y aura par la suite l'interprétation de Séphora pour la comédie musicale Les Dix Commandements.
Avec ce premier album, Nourith s'était exprimée à l'aide de sa langue maternelle et avait créé un univers où se mêlaient influences orientales, aux échos purs et cristallins. Ce deuxième album inaugure une étape majeure dans l'évolution artistique de Nourith. Elle choisit de s'y exprimer en français, à l'exception de deux titres, et privilégie des consonances rock au coeur desquelles sa voix s'élève avec sensibilité et puissance.


Ce nouvel album tisse un univers musical où s'épanouissent des couleurs nouvelles. Avec un titre tel que " Pour un seul homme ", la mélodie oscille entre rythme tribal et pop anglaise, voluptueusement marie les sons et fait briller le chant de tonalités sensuelles et lumineuses. Pour " Il n'y a qu'un ", la voix prend des accents plus chauds et l'interprétation vibre de cette maturité nouvelle.
Que les mots fassent sonner les notes ou qu'ils empruntent à l'anglais la musicalité d'un " Purple dream ", les différents titres narrent au fil des textes un monde observé par des yeux d'enfants, le rêve retrouvé de l'innocence perdue des hommes, l'espoir de voir éclore un univers où les différences seraient des victoires avant d'être des guerres. Les textes sonnent mais parlent aussi. De cette peur de l'Autre tapie au fond des coeurs, de ces femmes dont le seul tort est de n'être pas du bon sexe, de ces instants de délivrance payés au prix de la douleur. La voix de Nourith comme l'expérience sensible d'une femme.
Forte de musique, de partage, de liberté.

 

L'album

Partir
Premier titre co-composé et chanté par Nourith. La mélodie est née dans une chambre d'hôtel, durant une tournée des Dix Commandements. Envie de partir, d'être plus légère, de retrouver un regard d'enfant sur le monde. Envie de le chanter haut et fort.

Juste un geste

Composition dans un élan pour des paroles dont le choix était aussi une évidence. Au fil d'une mélodie singulière, la voix de Nourith touchante qui chante, cette course frénétique, déjà perdue, vers ce qui nous enchaîne au matériel. Un chant sensuel et tendre pour un espoir de délivrance.

Pour un seul homme
Entre sensualité de l'interprétation et modernité de l'arrangement, des sonorités envoûtantes et des mots comme une douce extase musicale. Une femme qui rêve encore de cette rencontre idéale. Un chant qui s'élève comme un " grain de pollen " prêt à s'épanouir.

Il n'y a qu'un
S'apercevoir, au bout du chemin, que l'amour ne s'est décliné qu'au singulier mais que l'on ne s'est pas arrêté. Un arrangement pour cordes qui porte l'espoir languissant des retrouvailles, une émotion dans la voix qui nous dévoile tout le talent de Nourith.

Au milieu des loups
Incantation rock au nom de celles dont la vie se paie au prix de l'ignorance. Ignorance de leurs droits, ignorance de leur liberté. Ces femmes, si lointaines et si proches, dont on voudrait comprendre le monde qui érige autour d'elles des portes dont elles n'ont pas la clé.

Ten od yom

Ce titre, par ses sonorités world-rock, marque une continuité avec le premier album. L'hébreu se prête idéalement à la musicalité du morceau. Initialement, la mélodie devait s'inspirer du mouvement lent et lourd d'un rythme entre esclavage et liberté. Il parlera de ces êtres, uniques mais trop sensibles, exceptionnels mais trop fragiles. Protégés et entourés, ils se libèrent et alors nous révèlent toute leur beauté.

La Peur
Cet arrangement pour piano et 24 cordes permet au chant de Nourith de donner toute son ampleur. Sa voix nous emmène et nous parle de ces peurs qui paralysent le bonheur. Avec force et courage.

On oublie
Duo chaleureux avec Maurane pour une mélodie aux sonorités celtes et au rythme rock. Après une première partie à l'Olympia et déjà une rencontre sur un des titres du précédent album de cette dernière, Nourith et Maurane unissent
leurs voix, pour dénoncer avec sensibilité celles qui élèvent entre les êtres, des murs cimentés par la peur, construits par la haine.

Loin du soleil
Plus proche de la lumière, plus près du bonheur, l'espace d'un instant. Pour illustrer ces moments privilégiés, le travail de composition du morceau s'est petit à petit épuré. Afin d'approcher un sentiment plus intime et peut-être préserver ces moments de bonheur qui nous délivrent un temps de la pesanteur.

Purple dream
Démarche musicale pour ce titre. Les consonances mélodieuses de l'anglais accompagnent un univers sonore fait d'alliances harmonieuses et tissé de couleurs bigarrées. Comme une belle image musicale, pleine de vie et de poésie.

Bien plus qu'on imagine
Ambiance intime pour un album qui s'achève, en douceur et empli d'espoir. Des mots pour dire l'harmonie, un texte pour célébrer l'alliance des cœurs. Les paroles de ce titre nous entraînent dans une méditation où la fièvre s'apaise dans la communion, où les questions trouvent leurs réponses tout simplement en nous.

Bien plus encore
Pour clore l'album, un clin d'oeil sonore à l'image d'un final symphonique et poétique. Une balade musicale où les notes et les bruits de la forêt s'entremêlent, où la guitare côtoie le chant des oiseaux, où la fièvre de la ville trouve la paix dans le calme de la forêt.


Concert

Nourith sera à la Scène les 21 et 22 Janvier 2003.



David Levy
webmaster


Nourith - Site officiel http://www.nourith.com.fr/

Universal Music http://www.umusic.com/

Les 10 commandements http://www.les10com.com/

Nourith Web http://www.nourith-web.com02.com/



blog comments powered by Disqus



Articles incontournables