Les parachutistes pleurent

Guerre de Kippour ... 30 ans après
publié le vendredi 24 octobre 2003
Partagez cet article :


publicité

Ce Mur a entendu bien des prières,
Ce Mur a vu tomber bien des murailles
Ce Mur a senti sur lui des mains de pleureuses et les placets poussés dans l’interstice de ses pierres,
Ce Mur a vu Rabbi Yéouda Halévy piétiné,
Mais ce Mur n’avait pas vu des paras pleurer,

Ce Mur les vit fatigués, épuisés,
Ce Mur les vit blessés, marqués,
Se ruant vers lui le cœur battant en rugissant et en silence
Et en déboulant follement dans les ruelles de la vielle ville,
Couverts de poussière
Murmurant entre leurs lèvres parcheminées :
Si je t’oublie Jérusalem
Légers comme l’aigle et forts comme le lion,
Leurs blindés est le char de feu du prophète Elisée
Et ils passent dans un tonnerre colère
Se souvenant de toutes ces terribles années
Où nous n’avions même pas de Mur
pour nous y lamenter,

Ils sont là devant lui haletant
Ils sont là le regardant, étreints d’une douleur douce,
Leurs larmes coulent et ils se regardent ,
Déconcertés
Comment est ce possible que des parachutistes pleurent
Et, bouleversés, qu’ils touchent le Mur
Et que des pleurs ils passent aux chants...
Peut être parce que ces gars de dix neuf printemps
Nés avec l’Etat
Portent sur leurs épaules deux mille ans.

Haïm Hefer



David Levy
webmaster




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables