Minute de Torah - 29 Tamouz 5776

publié le dimanche 7 août 2016
Partagez cet article :



B"H

publicité

Parmi les 5 Livres du Pentateuque, qu’est-ce qui distingue les 4 premiers Livres que l’on termine ce chabbat de son 5ème ? Les quatre premiers Livres, dont on lit les derniers passages cette semaine, ont été l’Oeuvre de H’. Tandis que le 5ème Livre a été écrit par Moché Rabbeinou lui-même, par inspiration divine (roua’h hakodech).

D’ailleurs ce 5ème Livre, Dévarim, explique et développe certains enseignements et lois, certains faits, mais n’apporte pas essentiellement de nouvelle loi qui n’ait été introduite dans les quatre premiers Livres. Plus qu’une oeuvre synthétique des 4 premiers Livres, le 5ème est l’oeuvre avec laquelle la Torah descend vers le niveau de l’homme, par la main de Moché, chef de sa génération.

Les 4 premiers Livres ont été écrits et donnés aux générations des Bnei Israel qui ont vécu dans le désert. Le 5ème Livre est celui que Moché enseigne à la génération des Bnei Israel qui entre en Terre Sainte, qui s’intègre progressivement dans le monde matériel en entrant dans la Terre où il est possible d’accomplir les 613 mitsvot.

En ’hassidout, nos Maîtres expliquent que lors de la traversée du désert, les Bnei Israel bénéficiaient d’un environnement propice à l’élévation spirituelle, mais déconnecté de la réalité du monde matériel dans lequel H’ nous prescrit d’agir à travers les 613 mitsvot (qui ont pour leur grande majorité une assise matérielle). Ils recevaient la manne spirituelle, avaient un Puits d’eau intarissable, des nuées protectrices. Autant d’avantages qui leur permettaient, sans effort particulier, sans maîtrise ni transformation de la matière, de s’attacher à H’. Mais à nouveau, c’est dans le monde matériel, et en particulier en Terre d’Israel, que l’essentiel de notre travail se situe, par l’accomplissement des mitsvot. Ceci suppose donc une "descente" dans le monde matériel qui rend moins manifeste la présence divine, et qui ne nous rend certainement pas apte à recevoir sans intermédiaire, sans chef de génération, la Torah avec ses explications profondes. C’est pourquoi la génération qui entre Terre d’Israel a besoin d’un Livre écrit par la main d’un homme, le plus sage de sa génération, intermédiaire pour ramener la Torah à notre niveau de compréhension, la diffuser et la commenter en toute humilité aussi bien parmi les plus sages que parmi les plus simples ! C’est alors que ce passage par la "descente matérielle" nous permettra d’accéder, renforcés de l’accomplissement des mitsvot, à un niveau plus haut encore que les Bnei Israel du désert.







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables