Minute de Torah - 9 Iyyar 5774

publié le vendredi 9 mai 2014
Partagez cet article :



B"H

publicité

Pourquoi lit-on, en plus du jour de chabat (yom chevi’i), un passage de Torah les lundis (yom cheni) et jeudis (yom ’hamichi) ?

Une raison simple que nos Sages nous enseignent est que l’on ne doit pas rester 3 jours sans Séfer Torah.

Raison simple, mais qui peut être approfondie un peu, en se référant au schéma de base, des dix séfirot (forces/attributs/facultés/niveaux de l’âme). Les 3 premières séfirot (Sagesse, discernement, connaissance - cf. 4e bénédiction du chmoné-éssré) correspondent aux facultés intellectuelles de l’âme, les six suivantes (bonté, rigueur, harmonie, etc.) aux facultés de sentiments de l’âme. Enfin, la dixième séfira, royauté, surplombe les autres, en se situant au-delà de l’emprise de l’intellect et des sentiments

A chaque jour de la création, correspond une séfira de sentiment : A dimanche (yom richon) correspond la séfira de bonté (1er des sentiments, qui en est la base vers laquelle tous les autres doivent tendre, car c’est précisément la base sur lequel le monde peut tenir), à correspond la séfira de rigueur, à mardi correspond la séfira de harmonie, etc. (selon leur ordre respectif) jusqu’à yom hachichi, vendredi, auquel correspond la séfira de communication-liaison. Et au jour de chabat, correspond la séfira de malkhout (royauté). C’est notamment la raison que l’on parle de "chabat malkéta" ou "la reine chabat" (cf. lékha dodi).

Pour revenir à notre question de base, on voit que lundi et jeudi sont tous deux rattachés à des séfirot exprimant la rigueur, ou la soumission, séfirot où l’homme se trouve replié, sur ses gardes, tête baissée. En effet, à lundi, yom cheni, correspond la 2e séfira des sentiments, celle de rigueur (guevoura), et à jeudi, yom ’hamichi, correspond la 5e séfira de sentiment, celle de hod (soumission). Et d’ailleurs, lundi et jeudi étaient les 2 jours de la semaine réservés aux comparutions au beith-din, à l’époque du Beith Hamikdach. Pour cette raison, il fallait introduire un élément qui permettrait de relever l’homme de la dureté de ces jours, en lui donnant également une part du kéter torah (couronne (de royauté) de la Torah) qui ne sera alors plus l’exclusivité de la reine chabat (7e jour, jour de lecture de la Torah, et correspondant à la 7e séfira : royauté).







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables