Minute de Torah - 19 Kislev 5774

publié le dimanche 24 novembre 2013
Partagez cet article :



B"H

publicité

Dans la sidra de la semaine, Vayechev, on apprend que, de la relation entre Yéhouda (frère de Yossef et fils de Ya’akov) et Tamar, naissent des jumeaux. Le déroulement de leur naissance est surprenant. Il délivre un enseignement fort sur la naissance des temps messianniques...

Lorsque la sage-femme fait accoucher Tamar, elle voit une main sortir du ventre. Pour l’identifier comme le premier qui sortira, la sage-femme met un bracelet écarlate autour de la petite main. Pourtant, de manière surprenante, ce n’est pas le premier enfant qui sortira mais le deuxième. Car la main du presque-premier se retire tandis que le presque-deuxième sort finalement le premier, à l’image d’une brèche qui apparaîtrait. "Quelle brèche (Paratsta) tu as fait !" dit-elle (Béréchit, 39, 29), et il fut nommé "Parets" (brèche, diffusion, brisure).

De cette lignée descendra le Roi David, appelé le premier "oint" (machia’h en hébreu), de qui descendra le dernier "machia’h, de la maison de David". Car Machia’h est caractérisé comme un "briseur de limites" dans plusieurs prophéties de la Torah et passages du midrach. Briseur des limites de l’étroitesse de l’exil, comparé à l’Egypte (Mitsraïm, de racine "métsarim", étroitesse). Briseur des limites de la diffusion ("parets" également, en hébreu) de la Torah. Et notre génération, "la dernière de l’exil et la première de la délivrance", doit donner naissance enfin au dernier descendant de Parets, c’est-à-dire Machia’h. L’ampleur et la rapidité de la diffusion de la Torah, ses sources par les médias incluant l’internet n’est-elle pas un signe de cette diffusion à l’extérieur, qui transcende la géographie et le temps ?







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables