Minute de Torah - 11 Tichri 5773

publié le vendredi 28 septembre 2012
Partagez cet article :



B"H

publicité

Durant les 7 jours de la fête de Soucot, nous avons une mitsva d’y demeurer (mitsva positive n*168 dans le décompte de Rambam - Séfer Hamitsvot-), ce qui inclut la consommation des repas dans la cabane salutaire.

Le Zohar explique que l’énergie spirituelle qui se dégage dans la Soucah est telle que la présence divine s’y fait ressentir à un niveau comparable à celui du Gan Eden. Or, le Gan Eden est le lieu de résidence des Justes qui reçoivent dans le Ciel le rayonnement de la chékhina (présence divine) en attendant d’accéder au monde futur, qui lui, sera véritablement sur terre, lorsque nous en aurons fait une demeure ici-bas (dira bata’htonim) pour H’, en sanctifiant le monde matériel.

Ce bref avant-goût de l’ère messiannique nous est donc accordé par la demeure que constitue la Soucah. En ce sens elle contient une lumière si intense de la chékhina que durant la fête, les âmes des 7 bergers d’Israel (Avraham, Yts’hak, Yaakov, Moché, Aharon, Yossef, David) aspirent à descendre dans les Soucot de ce monde, à nos côtés, pour goûter à ce rayonnement. De fait, il existe une prière de bienvenue pour ces hôtes (présente dans la plupart des livres de prière de la fête) ainsi que diverses coutumes visant à signifier à nos invités à quel point nous sommes honorés de les y recevoir, et à quel point ils nous aident à ressentir pleinement la joie de la fête de Soucot.







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables