« Quand le cardinal se fâche... »

BILLET DU 16 SEPTEMBRE 2012
publié le dimanche 16 septembre 2012
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Le projet de loi sur le mariage homosexuel suscite bien des réactions et ce n’est qu’un début. Première sortie très remarquée, celle de l’archevêque de Lyon, le cardinal Philippe Barbarin. Répondant à une interview dans des médias catholiques, on ne dira jamais assez qu’un média communautaire est avant tout un média, le cardinal Barbarin a considéré qu’un mariage homosexuel ouvrirait la voie à la polygamie et à l’inceste. Rien que cela. On ne peut faire le reproche à l’un des hommes les plus influents de l’Eglise française d’être dans son rôle en rappelant la doctrine religieuse. A fortiori quand l’auteur se trouve être par ailleurs membre de la Commission doctrinale de la Conférence des évêques de France. Que le Cardinal rappelle qu’une union consacrée par les liens du mariage est inenvisageable entre deux personnes du même sexe est presque une évidence. Le contraire eut interpellé plus d’un de ses fidèles jusqu’au Ministre de l’Intérieur et des Cultes, Manuel Valls, qui considère qu’il est de « son droit », « peut-être même de son devoir » de tenir ces propos. On comprend bien là dans le même temps la complexité pour les religions d’éclairer le débat public tout en respectant les principes de laïcité de notre République.

Mais l’émotion relativement consensuelle qui s’en est suivie repose davantage sur l’amalgame fait sur une orientation de vie qui puisse être de la sorte stigmatisée dans des déviances supposées et imaginées. On a peine à suivre le Cardinal dans son raisonnement. En quoi un homosexuel serait plus susceptible qu’un hétérosexuel à s’orienter vers la polygamie et l’inceste ? Car au fond, si l’homosexualité n’est pas un délit dans le droit français, la polygamie et l’inceste eux le sont. Cela revient donc a considérer les homosexuels comme des délinquants, voire des criminels, avérés ou en puissance. C’est un raccourci assez hasardeux et pas vraiment charitable pour un homme d’Eglise, aussi respectable soit-il de surcroit.

Il est probable que le cardinal Barbarin n’ait pas pris la pleine mesure de ses propos et encore moins de l’émoi de beaucoup. Philippe Barbarin a la réputation d’être un homme de dialogue et d’ouverture. Il est bien connu de la communauté juive pour avoir coécrit avec le Grand Rabbin de France, Gilles Bernheim, un ouvrage particulièrement enrichissant, « Le rabbin et le cardinal ». On pourra toutefois lui donner crédit de ce que ce débat, loin d’être uniquement hexagonal, est placé littéralement au centre des élections américaines. Il est certain que pour de nombreux conservateurs américains ces propos sont paroles d’évangile...

Shavouah tov et Shanah Tovah, bonne semaine à tous et bonne année.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables