« Ne nous trompons pas d’ennemis ... »

BILLET DU 29 AVRIL 2012
publié le dimanche 29 avril 2012
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

La surprise du premier tour de l’élection présidentielle n’aura pas été dans le choix des finalistes qui étaient pressentis, mais dans le score exceptionnel et sans précédent accompli par le Front National. Alors que François Hollande et Nicolas Sarkozy sentent l’un et l’autre une « vague » en leur faveur, c’est un tsunami qui s’est abattu sur la France sans que cela n’émeuve plus que cela l’opinion publique. 17,9% des votants soit 6,5 millions de français ont jugé utile de soutenir le parti de Marine Le Pen. Il y a en France près de 2 français sur 10 qui, sans complexe, apportent leur suffrage à un Parti xénophobe. On en oublierait presque que les législatives suivront et risquent de voir rentrer des dizaines de députés, et donc un groupe porteur de la plus immonde idéologie, au Palais Bourbon. Le saviez-vous, derrière la Finlande et l’Autriche, nous sommes le troisième pays européen avec le plus fort taux de représentation d’extrême droite ?

Au lieu de s’en émouvoir et de condamner cette dérive, les deux candidats essaient de capter le vote d’une France qui « souffre ». Ce terme est employé quotidiennement pour décrire l’attente des électeurs du Front National. Il y aurait donc en France un peu plus de 6 millions de français qui souffrent et...les autres. Le simple fait de qualifier de souffrance cette expression dans les urnes est une façon de légitimer un vote abject.

C’est dans ce contexte que l’interview de Richard Prasquier au quotidien israélien Haaretz en a surpris plus d’un. Passons sur des consignes de vote à peine dissimulées, c’est plutôt la dénonciation du Front de Gauche ou des Verts qui incarneraient l’antisionisme et donc le nouvel antisémitisme qui choque dès lors que l’on fait l’impasse sur le Front National qui propage clairement des thèses antisémites sans avoir besoin de passer par le filtre de l’antisionisme.

En vérité, les deux finalistes à l’élection présidentielle sont respectables et seul leur programme doit les départager. Que nous ayons des préférences les uns et les autres est une chose, qu’on les exprime publiquement alors que l’on engage la représentation de la communauté juive en est une autre. Ne nous trompons pas d’ennemis au-delà de choix partisans. Si demain le nouveau Président devait être, comme l’annoncent tous les instituts de sondage, François Hollande il est probable que beaucoup regretteront les petites phrases de ces derniers jours. Si c’est l’intérêt de la communauté juive qui est recherché, alors nous n’en avons précisément aucun à nous placer dans une situation d’hostilité durant cinq ans.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables