« Une cacherout républicaine... »

BILLET DU 11 MARS 2012
publié le dimanche 11 mars 2012
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Quelle semaine ! Les communautés juives et musulmanes se sont retrouvées, bien malgré elles, au centre du débat dans le cadre de la campagne présidentielle. Il aura suffi d’un sérieux dérapage du Premier ministre, François Fillon, pour que la semaine politique ne tourne qu’autour des considérations d’abattage rituel. On le sait, lorsque Pourim approche, on a tendance à être très prudent sur le traitement de l’actualité. Et si le Premier ministre avait voulu faire un clin d’œil à la communauté juive en lui fournissant la meilleure blague durant ces festivités ! Mais il a fallu rapidement se rendre à l’évidence, François Fillon était excessivement sérieux, on aurait dû s’en douter il n’a pas l’image d’un plaisantin.

Ce qui est infiniment préoccupant c’est que le Front National donne le tempo de cette campagne, imposant son agenda et ses sujets. Voilà que Marine Le Pen déclare que l’ensemble de la chaine d’abatage en Ile de France est Hallal pour que de nombreux politiques plutôt de droite s’engouffrent dans cette brèche. Souvenez-vous il y a à peine un an le même processus avait dirigé le débat sur la laïcité. Claude Guéant considérant que toutes les civilisations ne se valaient pas et que le nombre de musulmans en France posait problème. Et tout comme dans la séquence actuelle, le Ministre de l’intérieur recevait très rapidement après les représentants des cultes pour apaiser les uns et les autres.

Des civilisations qui ne se valent pas, des traditions archaïques... Tout cela, au-delà du caractère insupportable, est une sérieuse brèche dans les principes de laïcité et de séparation de l’Eglise et de l’Etat. On ne peut pas d’un coté demander aux religions de respecter l’espace public en allant jusqu’au renoncement parfois, et autoriser la République à s’immiscer dans le fait religieux. La laïcité n’a de sens que dans le respect de la République et des cultes. Mais plus encore, la laïcité doit porter une vertu, celle d’unifier toutes les composantes religieuses de la France en un principe commun. La République, et ceux qui en incarnent les valeurs, n’a pas à classifier les religions en fonction des rites, lois et coutumes, encore moins à juger les lois qui les gouvernent.

Au sein même du judaïsme, cela doit être vrai aussi dans l’islam, certains considèrent que les lois alimentaires sont archaïques et ne répondent pas à l’exigence de modernité et d’évolution des cultures. Tant que le débat reste interne entre coreligionnaires, cela est acceptable puisqu’il n’y a aucune incidence sur l’espace commun et fédérateur qu’est la République. Mais qu’il est difficile d’entendre un homme qui représente la France donner aux juifs et aux Musulmans des leçons de théologie. Imaginez un instant le grand rabbin de France ou le Recteur de la Mosquée de Paris prendre à partie le Gouvernement en jugeant inadaptées les mesures économiques pour réduire la dette française. A chacun ses fonctions et ses attributions.

Gam zou letova, même en cela il y a du bon puisqu’il n’y pas longtemps encore la communauté juive était sur la défensive dans les questions de cacherout au regard des lois de Bruxelles. Cet épisode de la semaine passée aura permis d’affirmer l’attachement à ces règles alimentaires qui demeurent non seulement contemporaines et modernes mais qui, comme l’exprime si bien la définition du mot religion, permettent de faire le lien entre chaque Juif.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables