« Un spot ou un flop ? »

BILLET DU 11 DECEMBRE 2011
publié le lundi 12 décembre 2011
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Peut-être avez-vous prêté attention ces derniers jours à un article paru dans Le Point intitulé « Israël scandalise les Juifs américains ». Qu’est-ce donc qui pourrait scandaliser les Juifs américains dans leur grande majorité et qui viendrait d’Israël ? Il faut se tourner vers une campagne publicitaire largement diffusée à l’adresse de nos coreligionnaires américains à l’initiative du Ministère israélien de l’immigration et de l’intégration qui se résument en deux spots. Dans le premier une petite fille juive américaine est assise sur les genoux de ses parents tandis qu’elle converse par webcam avec ses grands-parents qui vivent en Israël. Cet échange se fait en hébreu, preuve d’une solide éducation et d’un lien fort avec Israël. Alors que sa grand-mère lui demande le nom des prochaines vacances, la petite fille lui répond instantanément « Christmas » au lieu de « Hanoukka ». « Avant que Hanoukka ne devienne Noël il est temps de retourner en Israël » conclut le spot publicitaire. Deuxième message publicitaire : Un petit garçon (toujours un enfant ça marche mieux) est en train de colorier tandis que son père dort du sommeil du juste. Il tente de l’interpeller « Daddy, Daddy » mais le père reste plongé dans son sommeil. Le petit garçon tente alors un « Abba » qui réveille comme par miracle son père. « Avant que Abba ne devienne Daddy il est temps de rentrer en Israël » martèle le message du Ministère de l’immigration.

Tout cela peut sembler naïf et pavé de bonnes intentions mais l’effet escompté a été le contraire. Levée de bouclier en bonne et due forme de pas moins de 157 organisations juives regroupées dans la JFNA, les Fédérations Juives d’Amérique du Nord. La communauté juive américaine qui compte plus de cinq millions d’âmes, presque autant qu’en Israël, n’entend pas qu’on lui dicte sa conduite et qu’on la culpabilise de vivre aux Etats-Unis. Pour la JFNA, cette campagne n’est rien moins que « scandaleuse et insultante. Ai lieu de dresser les Juifs américains et israéliens les uns contre les autres, nous devrions chercher à renforcer notre amour partagé pour Sion et construire les liens du peuple juif dans le monde entier ». Le message aura été suffisamment clair pour que le cabinet du Premier ministre Benyamin Netanyahou ne retire sans délais ces spots. En France nous nous souvenons qu’en 2004, Ariel Sharon avait sommé les Juifs de France de venir s’installer en Israël « aussi vite que possible » face à la montée de l’antisémitisme. Le Crif à l’époque avait dû se désolidariser de ce message.

Si Israël a besoin de l’Alyah, le besoin d’une diaspora forte est également une nécessité. Mais il ne s’agit pas uniquement d’une affaire de chiffres. Les Juifs américains, cela pourrait être vrai pour les autres diasporas, considèrent que l’aide apportée à Israël est importante et que l’attachement à la terre de nos ancêtres ne saurait se démentir. Au fond on peut tout à fait vivre son judaïsme en diaspora comme en Israël et assumer le choix de rester dans un pays aussi loin soit-il d’Israël. Il est surprenant de voir des leaders communautaires en appeler depuis des années à l’Alyah tout en demeurant à 4000 kilomètres d’Israël. Il nous faut encourager celles et ceux qui désirent franchir le pas et se féliciter par ailleurs de représenter une diaspora forte et organisée.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables