Strasbourg

publié le jeudi 14 août 2003
Partagez cet article :


publicité

Adresses utiles

Union Juive Libérale de Strasbourg
3 place de Haguenau
67000 Strasbourg
Tél : 03.88.51.90.21
Président : Jacques ASSOULINE

Les synagogues de Strabourd

L’histoire des synagogues de Strasbourg, c’est l’histoire de la communauté la plus ancienne peut-être, et la plus mouvementée d’Alsace.

De la première synagogue, située rue des Juifs et disparue lors du massacre des Juifs en 1349, ne subsiste qu’une pierre votive, déposée au Musée lorrain de Nancy Lors des travaux effectués à l’emplacement de la librairie Istra, on a remis a jour un bain rituel du Moyen Age et un local qui pourrait être une des synagogues de la première communauté strasbourgeoise. Entre 1821 et 1834, les Juifs revenus à Strasbourg utilisent comme lieu de prières, le Poêle des Drapiers, ancien théâtre sous la Révolution, avant de transformer en synagogue le couvent désaffecté du 14, rue Sainte- Hélène. En 1898, l’importance numérique de la communauté exigea une synagogue à sa mesure Sur un terrain cédé par la ville, quai Kleber, est édité le majestueux bâtiment néo-classique que détruira l’occupant allemand en 1948. Cette synagogue sera remplacée en 1958 par celle de l’avenue de la Paix après une période de 7 ou 8 ans au cours de laquelle la communauté avait transformé en synagogue provisoire un local qui servait de réserve pour les accessoires du théâtre après avoir été, avant la Réforme, un couvent de religieuses, puis une fonderie de canons. En 1891 la communauté Etz Hayim, qui s’était séparée de la communauté consistoriale, avait construit la synagogue de la rue Kageneck qui est la seule a avoir survécu a la dernière guerre Les autres lieux de culte du Strasbourg d’avant guerre n’étaient que des salles aménagées en oratoires et qui disparurent lors de l’Occupation. Celui d’Adath Israël, rue du Marais Vert, fut récupéré, par son propriétaire précédent, un hôtelier. Ceux de la Grand Rue et de la rue du Jeu des Enfants ne furent plus restaurés, suite à la déportation de nombreux fidèles.

Parmi les lieux de culte actuels, figure en premier lieu la synagogue de la Paix, synagogue centrale et siège du Grand rabbinat et du consistoire, édifiées en 1958 Dans le même bâtiment se trouve l’oratoire des jeunes ou "Mercaz", et la synagogue Léo Cohn, synagogue de rite séfarade, située à l’emplacement de la salle de spectacle du centre communautaire et transformée plus tard en lieu de culte définitif. Existent, en outre, la synagogue Etz Haim, rue Kageneck, datant de 1891 et restaurée après la guerre, puis la synagogue de Cronenbourg, construite dans les années soixante pour la communauté créée dans les nouveaux quartiers.

La synagogue de la Meinau, destinée aux Juifs des quartiers sud de la ville a, elle, repris les vitraux de la synagogue de Barr tandis que l’oratoire de la rue Silberman devenait la synagogue du quartier de l’allée de la Robertsau. L’oratoire de l’Esplanade, baraque préfabriquée datant de 1975 environ, est remplacé aujourd’hui par une belle synagogue définitive, destinée à une population en pleine croissance. Dans cette dernière, a été réutilisée l’arche sainte de la synagogue de Mommenheim, en provenance de Weiterswiller. L’oratoire de la clinique Adassa qui, avant guerre, servait de lieu de prières pour les voisins de la clinique, sert aujourd’hui surtout aux malades de la clinique. La synagogue Adath Israël, communauté de rite hassidique (sefard), est située dans un ancien gymnase. Cette communauté s’est retrouvée, après guerre, dans le même immeuble qu’elle occupait entre 1925 et 1935. Elle a repris l’arche sainte de la synagogue d’Osthoffen. Enfin, l’oratoire de la Fondation Elisa, destiné aux pensionnaires de ’ l’Hospice, à Graffenstaden (Geispolskeim). Des institutions strasbourgeoises possèdent leurs propres oratoires dont la Yechiva Eschel, la Yechiva des étudiants et le Bet Loubavitch.

Les textes et les photos sont extraits du livre "Les synagogues d’Alsace et leur histoire" de Michel Rothe.



David Levy
webmaster




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables