Bible et tremblements de terre

publié le lundi 14 mars 2011
Partagez cet article :


publicité

Le tremblement de terre catastrophique qui vient de frapper le Japon nous incite à nous tourner vers la Bible afin d’en dégager les références sismologiques qui s’y trouvent. On sait qu’Erets Yisraël se trouve le long de ce qu’on appelle la « Vallée du grand Rift », le plus grand des fossés d’effondrement du monde, qui s’étend depuis la Turquie du sud à travers la Syrie, la Jordanie et la Mer Rouge, en Afrique de l’Est et au sud jusqu’au Mozambique, et ce sur plus de 9000 kilomètres. Cette « vallée », géologiquement active, d’une largeur de 40 à 60 kilomètres, et de quelques centaines de mètres de profondeur, a toujours été exposée à des tremblements de terre.

Plusieurs séismes ont eu lieu en Terre sainte au cours des derniers millénaires. En 1837, le nord du pays a été frappé par une secousse de magnitude 7 sur l’échelle de Richter. Bilan : des milliers de morts. Le 11 juillet 1927, c’est un tremblement de terre d’une magnitude de 6,2 qui a secoué l’ensemble du pays, mais plus particulièrement Jérusalem, Ramleh, Naplouse, Tibériade, et Safed. Le bilan : 500 morts, 800 blessés, des milliers de sans-abri, des quartiers rasés. En 1995, une secousse a atteint 7,2 sur l’échelle de Richter. L’épicentre s’étant cependant situé au cœur de désert de Judée, loin de tout centre habité, les dégâts ont été limités.

On trouve dans la Bible quatre allusions prophétiques à un tremblement de terre passé ou futur.

C’est ainsi que le livre d’Amos commence par les mots : « Paroles d’Amos, qui était d’entre les bergers de Teqoa, qu’il a vues sur Israël, aux jours d’Ozias, roi de Juda, et aux jours de Jéroboam, fils de Joas, roi d’Israël, “deux ans avant le tremblement de terre (ha-ra‘ach)”. » Ce prologue n’apporte ici rien d’autre qu’une indication sur l’époque où Amos a commencé de prophétiser. Le tremblement de terre auquel il fait allusion est celui qui s’est produit lorsqu’Ozias, roi de Juda, a abusé de ses fonctions en présentant dans les Saint des saints, le jour de Yom kippour, l’encens qu’aurait dû y faire brûler le kohen gadol. Ce péché très grave n’a pas eu seulement pour effet de faire apparaître la lèpre sur le corps du monarque et de le faire mourir prématurément, mais il a également eu pour résultat de provoquer un tremblement de terre (Voir II Chroniques 26, 16 et suivants).

C’est à ce tremblement de terre que fait allusion le livre d’Isaïe : « L’année de la mort du roi Ozias, je vis Hachem assis sur un trône haut et élevé, et les pans de sa robe remplissaient le temple [...] Les fondements des seuils ont été ébranlés à la voix de celui qui criait, et la maison était remplie de fumée » (Isaïe 6, 1 et suivants). Les commentateurs indiquent que cet « ébranlement des fondements des seuils » est une évocation de ce tremblement de terre. Deux autres prophètes signalent un tremblement de terre, mais en l’annonçant pour l’avenir. « Et dans Ma jalousie, dans le feu de Mon courroux, J’ai parlé : En ce jour-là, il y aura un grand tremblement de terre (ra‘ach) sur la terre d’Israël » (Ezéchiel 38, 19). Ce séisme est annoncé comme un événement collatéral à la guerre de Gog et Magog, qui aura lieu à la fin des temps.

De même, le prophète Zacharie annonce : « Vous fuirez dans la vallée de mes montagnes ; car la vallée des montagnes s’étendra jusqu’à Atsal ; et vous fuirez comme vous avez fui devant le tremblement de terre, aux jours d’Ozias, roi de Juda » (Zacharie 14, 5).







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables