L’Oratorio hébraïque d’Ester

la découverte du manuscrit, la production en France, l’oratorio Ester, la musique dans la communauté juive portugaise d’Amsterdam, ...
publié le lundi 11 août 2003
Partagez cet article :


publicité

La découverte du manuscrit

« Celui qui a vécu le bonheur d’un chercheur associé à la redécouverte d’un document ancien, comprendra pourquoi j’ai insisté pour que Richard Andrewes (l’excellent bibliothécaire de l’université de Cambridge) raconte ’son’ histoire qui aboutit à la résurrection de l’oratorio Ester après deux siècles. Tout a commencé par le regard alerte de Richard qui a repéré un numéro, parmi quelques centaines, dans un catalogue de ventes de manuscrits, qui semblait banal à première vue. C’est cette perspicacité typique d’un bibliothécaire qui fait le bonheur des grandes institutions de recherche, parmi lesquelles la bibliothèque universitaire de Cambridge est l’une des plus remarquables. La profession de bibliothécaire, en général, et Richard Andrewes en particulier, méritent notre gratitude pour avoir ainsi servi la musicologie juive. »

Israel Adler

Le 7 novembre 1997, nous avons reçu la « Liste 320 » du marchand de livres de musique d’occasion « William Reeves ». Comme pour toute vente de ce genre, pour obtenir le titre que l’on désire vraiment il faut réagir rapidement. Mais, parcourir un catalogue contenant quelques centaines de numéros avec une variété de types de musiques et de livres, puis vérifier chaque article face à plusieurs catalogues différents de la bibliothèque, est un processus long. Donc, comme d’habitude, c’était la course contre la montre pour vérifier toute une liste de desiderata. Toutefois, parmi tous ces titres il y avait le n° 2430 :

Lidarti (Christiano Giuseppe) Ester Oratorio, 1774, partition manuscrite musicale pour voix & instruments, folio oblong... reliure en mauvais état, partition en très bon état, 160 feuilles, inscription sur page de titre : Amené d’Italie par feu mon Père F H Bartheleman [sic] en 1777, A W Henslowe.

Plusieurs choses attirèrent mon attention. Tout au long de mon travail sur les manuscrits musicaux j’ai rencontré occasionnellement le nom François Hyppolyte Barthélemon, en tant que compositeur, copiste et collectionneur de manuscrits. C’était un violoniste français, établi à Londres... Ensuite, le « A W Henslowe » était en réalité « C. M. Henslowe », c’est-à-dire sa fille, Cecilia Barthélemon, qui était une femme compositeur à part entière et qui a publié quelques excellentes sonates pour piano avant son mariage. Et enfin, c’était un oratorio italien, dont on trouvait rarement des partitions entières, surtout dans la série Garland Italian oratorio 1650-1800, que ce manuscrit complétait joliment.

La commande fut différée jusqu’à ce que la liste entière soit prête. Heureusement l’article était encore disponible plus tard dans la journée quand notre commande fut transmise par téléphone... Le manuscrit fut livré et entra dans un catalogue provisoire selon le descriptif... de Reeves et la page de titre du manuscrit. Il fut transféré au département des manuscrits pour recevoir une cote.

Plusieurs mois s’écoulèrent avant qu’il ne revienne au département de musique pour catalogage complet, qui aurait dû être une procédure relativement simple pour compléter la notice courte faite auparavant sur l’ordinateur.

Pourtant, en parcourant le manuscrit, je réalisai soudain que les paroles n’étaient pas en italien, elles n’étaient pas en français ni en espagnol ni en allemand. En fait elles ne ressemblaient à aucune langue que j’avais jamais vue. A ce stade il était évident qu’une recherche sur le compositeur était nécessaire. En cherchant dans les grands catalogues américains, je découvris que Lidarti avait composé de la musique pour des textes hébraïques, et que ceux-ci avaient été publiés par Israel Adler dans Early Hebrew art music. Avec cette information je demandai à des collègues qui travaillaient sur les fameux fragments de la Genizah du Caire si ils pouvaient identifier le texte d’Ester comme transcription latine de l’hébreu. Le premier avis disait que le manuscrit étant visiblement italien, il pourrait s’agir d’un texte en ladino, probablement originaire de la grande communauté sépharade de Livourne. Dans les différentes encyclopédies juives je découvris qu’il y avait une magnifique synagogue à Livourne, construite au début du 18ème siècle ; un oratorio de ce type aurait pu être composée pour elle ! Cependant, ceci s’avéra moins plausible, après un examen plus approfondi du texte qui s’avéra être simplement en hébreu.

Entre-temps j’avais trouvé l’importante étude d’Israel Adler La pratique musicale savante dans quelques communautés juives en Europe aux 17ème et 18ème siècles (Paris, 1966), qui comprend la publication d’une grande partie des oeuvres musicales reprise ultérieurement dans la série Early Hebrew art music. J’y ai trouvé la référence d’une traduction hébraïque manuscrite du livret de la seconde version de l’oratorio Esther de Haendel par J. R. Saraval, le rabbin de Venise et de Mantoue, à la Bibliothèque Ets Haim à Amsterdam. J’avais même la référence d’un article de M. Gorali dans le périodique Tatzlil de 1962 comprenant l’édition de ce texte, mais cette publication n’était pas accessible à Cambridge. Je soupçonnais qu’il pouvait y avoir un lien avec mon manuscrit, mais je n’en avais pas encore la preuve.

C’est à ce stade de mes recherches, en juin 1998, que j’ai rencontré inopinément Israel Adler à San Sebastian en Espagne, à la conférence de l’Association Internationale des Bibliothèques Musicales, Archives et Centres de Documentation. J’étais très heureux de pouvoir lui parler de notre manuscrit, sachant que parmi tous, il serait le plus enthousiasmé par cette découverte. Je ne m’étais guère trompé : peu de temps après il visita Cambridge pour examiner le manuscrit et pour engager le travail d’identification de son contexte historique, ainsi que de sa présentation à une audience plus large.

Richard Andrewes Cambridge, mars 2000




L’Oratorio hébraïque d’Ester
Lire le dossier complet




David Levy
webmaster




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables