L’Europe a laché Israël

par Guy Millière
publié le mardi 20 août 2002
Partagez cet article :



(Philosophe, économiste, professeur d’histoire des idées et des cultures a Paris VIII)

publicité

Face aux sordides images qui continuent à arriver semaine après semaine d’Israël, face à tant d’ignominie, face aussi au discours sans cesse répété de journalistes français qui semblent aussi concernés que s’ils parlaient du temps qu’il fait, je ne peux faire autre chose que continuer à m’indigner. Sommes-nous désormais en ce pays dépourvu de ce sens minimum d’appartenance à l’humanité qui devrait nous faire frémir d’horreur et d’indignation ? Sommes-nous devenus lâches à ce point ? Nous aveuglons-nous volontairement ?

Le fait est, en tout cas, qu’un ministre peut dire posément à la télévision que l’Europe " assure les fins de mois " de l’Autorité Palestinienne. Le ministre pourrait ajouter que l’argent que nous versons se retrouve pour l’essentiel en Suisse sur les comptes de Yasser Arafat, et sert ensuite à acheter les explosifs et les armes dont se servent les auteurs d’attentats-suicide. Il pourrait ajouter aussi que l’argent sert à financer des livres de classe où on appelle les petits enfants arabes à tuer les Juifs. Le ministre ne dira rien. On pourrait penser sinon qu’" assurer " ce genre de fin de mois s’appelle complicité d’assassinat et incitation à la haine raciale. Le fait est que les dirigeants européens " déplorent " les interventions de l’armée israélienne, mais se font silencieux lorsqu’il s’agit de la boucherie bestiale créée par un Palestinien fanatisé. N’y a-t-il personne pour leur dire qu’aucun peuple sur la surface de la terre ne pourrait endurer ce que le peuple israélien endure aujourd’hui sans réagir ? Que dirait et que ferait le Président de la République si des individus à deux pattes venus d’un pays voisin se faisaient exploser tous les trois ou quatre jours dans les cafés de Belleville et de l’avenue de l’Opéra ? Et que dirait et que ferait-il si le chef d’état du pays voisin déclarait à chaque fois ou presque que les terroristes sont des résistants et des martyrs ? On me dira, je sais, que ce n’est pas la même chose. On me dira qu’Israël occupe la terre des Palestiniens. Combien de temps faudra-t-il encore entendre ce genre d’insanités ? Chacun connaît l’histoire de la région depuis la chute de l’empire ottoman, et chacun sait, sauf ceux dont le cerveau est entièrement lessivé par l’islam et la propagande islamiste, que le peuple palestinien n’existe pas, que les populations arabes de la région sont pour l’essentiel des immigrants venus voici quelques décennies à peine. Chacun sait qu’avant 1967 la lutte arabe contre Israël visait à détruire Israël et à exterminer les Juifs, et que seules les tactiques ont changé depuis. Chacun sait en outre que si, un dirigeant arabe honnête s’avançait et proposait la paix à la région, Israël et les Israéliens seraient immédiatement d’accord. Chacun sait où sont le fanatisme, la violence et la haine. Ceux qui savent se taisent et falsifient.

Le fait est, et je le dis avec tristesse, que la situation me semble être ce qu’elle est parce que les victimes sont des Juifs, et font donc partie du peuple le plus haï, le plus persécuté et le plus méprisé de l’histoire. Il y a soixante ans, des Européens inventaient l’étoile jaune et les chambres à gaz. Les Arabo-musulmans, eux, lisaient " Mein Kampf " en salivant d’envie, et se faisaient la main en organisant des pogroms. Au Moyen-Orient aujourd’hui, des Arabes tuent des Juifs. C’est normal, non ?É Les Juifs ripostent et ne se laissent pas faire. Quel scandale ! Ce n’est pas du jeu. Pour bien souligner que ce n’est pas du jeu, l’Europe désapprouve l’attitude des Juifs et se solidarise avec les Arabes. Il faut dire qu’ils ont des qualités ces gens-là. D’abord, ils ont du pétrole. Ça, c’est une qualité, une vraie ! Ensuite, ils sont nombreux. Ça, c’est une autre vraie qualité ! Enfin, ils peuvent êtres violents et vous jeter leurs entrailles au visage rien que pour le plaisir de vous tuer. Impressionnant, non ?

Pendant que l’Europe se traîne à plat ventre et se livre aux petites joies malsaines d’un antisémitisme vaguement relooké, un peuple reste au côté du peuple d’Israël. Indéfectiblement. Quoi qu’on lui dise. Le peuple américain. C’est que les Américains comprennent ce que nous ne comprenons plus. La différence entre le bien et le mal. Tout ce qui sépare une démocratie d’une tyrannie corrompue. La démarcation entre la volonté farouche de vivre libre et en paix et l’instinct de mort et de destruction que charrie le djihad. L’océan qui sépare un peuple imprégné des valeurs du droit et de la liberté et des hordes éprises de rancoeur et d’oppression.

Les Arabo-musulmans pensent, pour l’essentiel d’entre eux, que l’avenir appartient à la violence prédatrice et au ressentiment. Les Européens consentent et prennent la dose requise de somnifère. Les Israéliens et les Américains se tiennent debout et droits, et pensent qu’il existe un futur pour la paix, armée et vigilante, et pour la liberté d’accomplir et de créer. Je suis de tout cÏur à leur côté. Je pense qu’ils ont raison. Je pense que l’Europe se fait honte à elle-même, et qu’à force de jouer avec le feu, les Arabo-musulmans finiront par se brûler. Il m’arrive même de souhaiter que la brûlure vienne vite.



David Levy
webmaster




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables