Discours de Paul Schaffer lors de la cérémonie de la Rafle de Vel d’Hiv

Dimanche 18 juillet 2010 à Paris
publié le mercredi 21 juillet 2010
Partagez cet article :


publicité

Monsieur le Ministre,
Messieurs les représentants des Cultes, des Elus, des Associations,
Madame Simone Veil, très chère Simone,
Monsieur le Préfet,
Monsieur le Maire de Paris,
Mes amis, mes camarades de déportation,
Mesdames, Messieurs,

Nous commémorons en ce jour le 68ème anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv. Comme chaque année je me souviens de l’important discours, tenu ici même il y a 15 ans, par le Président Jacques Chirac. Ses propos m’avaient incité à lui écrire spontanément, pour exprimer ma reconnaissance, car j’attendais vainement, depuis 53 années, dans l’inquiétude et la déception, la mise au point qu’il venait d’énoncer.

En effet, arrêté par des Gendarmes à Revel, Haute Garonne, en zone non occupée, le 26 août 1942, j’ai été déporté le 4 septembre par le convoi N° 28, vers Auschwitz, avec ma mère et ma sœur ainée, âgée de 19 ans.

Ce convoi emportait 999 personnes. En 1945 vingt-sept seulement sont revenues : je suis l’un d’eux et l’unique survivant de ma famille.

Or si je prends la parole aujourd’hui devant vous, c’est justement pour que nous nous souvenions ensemble du drame peu connu et jusqu’ici jamais commémoré : la rafle massive des Juifs étrangers, du mois d’Aout 1942, qui s’est déroulée en zone non-occupée et qui a atteint les Juifs dans les communes les plus reculées du territoire.

Ce convoi emportait 999 personnes. En 1945 vingt-sept seulement sont revenues : je suis l’un d’eux et l’unique survivant de ma famille.
Décidée et exécutée par le gouvernement de Vichy, cette rafle avait pour objectif de livrer à la Gestapo les Juifs étrangers se trouvant sous sa responsabilité. Il s’agissait de compléter les 13.152 personnes arrêtées et regroupés au Vélodrome d’hiver et d’atteindre le nombre de 22 000 Juifs, exigé par l’occupant.

Consacrant définitivement le déshonneur du régime de Vichy.

Il me parait inutile de rappeler ici que ces étrangers sont venus en France espérant y trouver secours et protection.

Ainsi 10.587 hommes, femmes, vieillards et enfants furent arrêtés, la plupart lors des rafles du 26 août et déportés via Drancy dans des conditions abominables, pour être presque tous assassinés dans les chambres à gaz des camps d’extermination.

De ces 10.587 déportés, seuls 270 ont survécu.

Ainsi, aux horreurs des arrestations, dites du Vel d’Hiv, s’ajoutent celles du mois d’Aout 1942. Les deux plus grandes rafles ont mené vers les camps d’extermination, en l’espace de ces deux mois, quelque 23 800 personnes, c’est presqu’un tiers des 76 000 Juifs déportés de France, durant toutes les années de l’occupation.

La haine des Juifs, amplifiée par la propagande nazie, avait trouvé un écho favorable auprès de certains Français qui se sont fait leurs complices, aboutissant à la Shoah.

Néanmoins et dans le même temps, d’autres Français, par simple humanité, avec bonté et abnégation ont sauvé, souvent au péril de leur vie, des Juifs de la déportation et de la mort.

Identifiés, ils ont reçu de l’Etat d’Israël le titre de Juste parmi les Nations.

Parmi ces Justes, reconnus ou restés anonymes- l’autre dimension de cette journée de souvenir- je souhaite rappeler plus particulièrement la mémoire de Mgr Saliège de Toulouse et de Mgr Théas de Montauban. Les arrestations du mois d’Août donnèrent lieu à la rédaction de leurs lettres pastorales : elles furent lues dans toutes les églises de leurs diocèses. Ils y dénonçaient ces actes qui portaient atteinte à la dignité humaine et ils appelaient les Chrétiens de France à ne pas être complices de pareils forfaits.

Nous le savons, les Justes de France furent de toute obédience et appartenaient à des milieux religieux, culturels et sociaux différents. Ils furent nombreux, même si la plupart resteront dans l’ombre, faute de ne pas avoir raconté à temps ou par modestie leur histoire.

Ils ont sauvé l’honneur de la France !
Pourtant, je suis heureux, comme Président du Comité français pour Yad Vashem, de pouvoir instruire aujourd’hui encore, bien que tardives, des nouvelles demandes qui continuent de nous parvenir et que Yad Vashem Jérusalem décidera d’honorer du titre de Justes.

Mais le temps n’efface pas notre reconnaissance, leurs actions sont et resteront une leçon à tout jamais.

Ils ont sauvé l’honneur de la France !

Dans un monde où les actes de haine, la confusion des valeurs, la diabolisation d’Israël se manifestent, le rappel des principes qui ont guidé les Justes d’hier s’impose, et exige de nous de défendre la vérité, la justice et la paix.

Tout en le déplorant, il faut que j’évoque aussi aujourd’hui un acte qui s’est produit lors d’une récente remise de diplôme de Justes, dans une petite ville de la province française. Alors qu’un couple d’agriculteurs ayant caché des Juifs pendant la guerre était honorés, un groupe d’individus est venu perturber l’atmosphère chaleureuse et émouvante de cette cérémonie, distribuant des tracts agressifs, distillant leur haine et proférant des slogans antisémites.

Jamais je n’aurais pu imaginer que ce genre de démonstrations puisse se produire après la Shoah. Ayant vécu la Nuit de cristal à Vienne, âgé alors de 14 ans, ayant encore dans ma mémoire le souvenir des discours de haine, je sais à quelle incontrôlable catastrophe ces manifestations conduisent, si elles ne sont pas dénoncées, sanctionnées et éradiquées à temps.

Ces comportements sont indignes et contraires à l’esprit de notre République.

Aujourd’hui, Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les élus, si nous voulons donner un sens à nos commémorations et ne pas seulement évoquer le passé, nous devons tous, autorités politiques, autorités morales et citoyens, assumer un impérieux devoir : celui de combattre toutes les manifestations de haine et de violence.



Paul Schaffer
Président du comité Yad Vashem en France




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables