« Identités juives... »

BILLET DU 11 JUILLET 2010
publié le samedi 10 juillet 2010
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Le président des Consistoires, parisien et Central, Joël Mergui vient de signer un article dans lequel il fait part de son inquiétude face à l’assimilation de nombreux Juifs relevant que la population mondiale s’élève à 13 millions d’âmes. Relayant l’observation du rabbin Steinzaltz, il semblerait que nous perdions chaque minute un Juif, non de mort naturelle, mais plutôt par « assimilation naturelle ». Constat édifiant et alarmant s’il résultait d’un calcul mathématique implacable.

Joël Mergui ne manque pas d’observer que la Shoah a représenté un cataclysme sans précédent non seulement dans l’histoire du peuple Juif mais également dans sa démographie et de citer les potentialités telles Freud ou Einstein que la barbarie nazie n’a pas permis de voir éclore. Mais précisément des personnalités telles que le père de la psychanalyse ou encore celui de relativité n’étaient pas des modèles d’un judaïsme religieux ou identitaire. Etaient-ils des Juifs assimilés ? Oui certainement. Et pourtant ils représentent, au même titre que d’illustres Rabbins et autres personnalités une composante de notre identité en même temps qu’une fierté.

Je ne plaide pas pour l’assimilation qui représente l’antithèse du travail d’un Rabbin au jour le jour, mais j’observe que la communauté juive est multiple et qu’il n’existe pas un modèle identitaire. On peut idéaliser la judéité en disant qu’elle s’appuie sur l’étude, la pratique et l’affirmation de son identité mais force est de constater qu’il y a presque autant de judaïsmes que de Juifs ! Il y a cela d’extraordinaire avec le judaïsme que l’on peut être religieux ou laïc, sioniste ou non, pratiquant ou pas, croyant ou non...il n’en est pas moins vrai qu’un Juif demeure un Juif.

Bien entendu, je partage avec Joël Mergui son inquiétude face à l’assimilation, en revanche je ne pense pas qu’un juif assimilé - mais encore une fois qu’est-ce que l’assimilation ? - soit perdu pour la communauté et ne pourrait plus compter dans la population juive. Etre Juif c’est avant tout appartenir à un peuple en partageant son histoire, son présent et son destin. On parle souvent d’une chaine et de ses multiples maillons. Chaque juif est un de ces maillons plus ou moins solide ou fort. Contrairement à un ancien jeu télévisé, le maillon faible n’est pas celui qui doit être exclu mais celui que l’on va chercher à renforcer. Avec une certaine ironie je serais tenté de dire que nous avons en la matière pas mal d’expérience. Il n’est qu’à observer tous les appels qui sont lancés en ce moment pour réunir les fidèles, et en particulier ceux qui ne sont pas familiers du chemin de la synagogue, à venir rejoindre les nombreuses assemblées qui se réuniront pour les fêtes de Tishri. Je ne sais pas si Freud ou Einstein fréquentaient la synagogue le jour de Kippour mais ils n’en demeurent pas moins des juifs dont nous sommes fières et qui comptent à part entière dans notre histoire séculaire.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables