« L’amère guerre des merguez... »

BILLET DU 20 JUIN 2010
publié le dimanche 20 juin 2010
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Les sujets brulants ne manquent pas en ce moment. La communauté internationale en générale, et le peuple Juif en particulier, a les yeux rivés sur Israël depuis l’affaire des « flottilles de Gaza ». Une grande manifestation de soutien à l’Etat d’Israël et pour la libération de Guilad Shalit en ce triste quatrième anniversaire de sa détention, sera organisée mardi à 19h30 sur le parvis des Droits de l’Homme à l’initiative du Crif. D’autres encore s’émeuvent des résultats catastrophiques de notre équipe nationale dans la coupe du Monde de football et des multiples épisodes à rebondissement au rythme des dérapages verbaux. Mais il est une autre actualité qui secoue le microcosme communautaire et qui risque bien dans les jours à venir de prendre de l’ampleur. On l’appelle déjà « l’affaire des merguez » ! De quoi s’agit-il ? Le 25 mai dernier, lors d’une inspection de routine dans des abattoirs André Kasher en Normandie mieux connus sous le nom de Krief, un inspecteur du Consistoire de Paris fait une découverte singulière dans ce lieu qui fournit des tonnes de viande casher. Des aliments non-cashers, en l’état des boyaux d’agneau destinés à la fabrication de merguez, sont découverts dans l’unité de production. Conséquence immédiate la production est arrêtée et les consommateurs, fait très rare, avertis par un communiqué du Consistoire. Cette affaire pourrait presque faire sourire si elle était marginale, mais les langues se délient et l’on observe que les deux géants de la production de viande cachère en France, Krief et Emsalem sont avant tout des commerçants qui ont davantage le sens des affaires que celui de l’éthique. Mais la réalité c’est que l’on ne peut attendre d’un commerçant qu’il soit éthique et c’est bien le rôle du Beth Din du Consistoire d’y veiller.

Il semblerait que les chomerim, ceux qui ont en charge la surveillance de la cacherout, connaissent des formations et des compétences diverses. Une surveillance trop sévère bénéfice au consommateur soucieux du respect de la cacherout mais freine la fluidité du commerce dont les deux bénéficiaires sont les industriels et...le Consistoire. Pour le premier c’est la garantie d’atteindre un grand nombre de consommateurs, pour l’autre les recettes liées aux taxes générées par le label du Beth Din. Ni l’un ni l’autre n’a intérêt à ce que la machine se grippe. J’ai eu l’occasion de dire à de nombreuses reprises qu’il m’apparaissait dommage que le produit généré par la cacherout représente l’essentiel des revenus du Consistoire. Sans être manichéen, l’équation est simple, plus le Consistoire durcit sa ligne doctrinale, plus il encourage les fideles à manger casher et donc subvenir aux besoins de l’institution. Il n’y a rien de critiquable en cela si ce n’est que la cacherout est devenue une véritable obsession que l’on ne connaissait pas sous cette forme il y a encore une vingtaine d’années et qui s’érige en baromètre de la judéité.

Le Beth Din du Consistoire devrait être le garant éthique et religieux de la cacherout en se montrant intraitable face aux industriels. D’un autre coté, c’est là une utopie lorsque l’on considère que la personne en charge du chantier autour de la cacherout est également le trésorier du Consistoire. Quel intérêt aurait celui qui a le souci des finances de l’institution d’assainir cette situation ?

Le Consistoire le sait, des journalistes de la presse nationale s’intéressent au sujet et interrogent les responsables communautaires, j’en suis témoin, en parlant de « système mafieux » non pas du coté du Consistoire mais de celui des industriels. La mesure d’urgence qui devrait être prise par le Consistoire serait de repenser entièrement son équilibre budgétaire de sorte à ne plus être dépendant des taxes de la cacherout, alors le Beth Din pourra librement effectuer sa mission au service de la communauté. La confiance dans l’autorité religieuse n’a pas de prix. Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables