« Notre président... »

BILLET DU 13 JUIN 2010
publié le dimanche 13 juin 2010
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

C’est aujourd’hui que 180 grands électeurs vont être appelés, en représentant une soixante d’associations de la communauté juive, à élire le président du Crif. Le suspens est bien réel cette année et nul ne peut prédire qui de Richard Prasquier, président sortant, ou Meyer Habbib, son vice-président, dirigera durant les trois années à venir l’organe de représentation politique des Juifs de France. Il faut bien reconnaitre aux deux postulants leur militantisme communautaire et leur volonté de vouloir servir la communauté juive et en défendre les intérêts. La véritable question qui doit nourrir la réflexion des grands électeurs est la suivante : qu’attend t-on du président du Crif et qui incarnerait le mieux cette fonction ?

Richard Prasquier a pour lui un bilan à son image : consensuel. Ses détracteurs, et son opposant en premier, peuvent lui reprocher de ne pas être plus présent médiatiquement et pourtant ceux qui le connaissent et le voient quotidiennement en situation savent à quel point son action peut porter sans être sous les feux des projecteurs des télévisions. Richard Prasquier est aussi efficace que réservé. S’il n’avait choisi d’être un politique de la communauté juive, il aurait pu compter parmi les intellectuels dont la réflexion guide l’action. Richard Prasquier devrait logiquement bénéficier de la prime au sortant et ainsi exercer son dernier mandat statutaire.

Meyer Habib est moins connu dans la communauté sans pour autant être moins actif ou influent. Chacun sait son amitié profonde avec Netanyahou et il peut se flatter d’un carnet d’adresses particulièrement fourni. Chantre du soutien indéfectible à l’Etat d’Israël, Meyer Habib, entend peser de tout son poids pour rendre lisible en France la politique israélienne, mission particulièrement périlleuse ces derniers jours. Sa jeunesse et ses origines séfarades seraient une première pour l’Institution. Cependant, comme beaucoup, j’ai suivi avec attention les trois occasions qui ont permis aux deux prétendants de s’affronter, devant le Crif, face à l’UEJF et dans les colonnes d’Actualité Juive. Les clivages sont réels ce qui en soit pourrait apparaitre inquiétant si l’on considère que s’opposent le numéro un et le numéro deux du Crif. On imagine aisément que ces trois dernières années n’ont pas été simples ! On veut croire qu’une fois les dés jetés, les deux hommes n’auront plus comme seule souci que de servir fraternellement la communauté juive. Je suis surpris également que depuis 1944 pas une femme n’ait dirigé le Crif ou même occupé des fonctions exécutives au sein de l’Institution. Pas un seul des deux candidats ne semble s’émouvoir de cet état de fait. Passons.

Il m’apparait assez clairement, prenant en considération le schéma actuel, que les grands électeurs seraient avisés de renouveler leur confiance au président sortant pour au moins deux raisons. La première est qu’il n’y a pas matière à sanctionner l’action de Richard Prasquier au point de vouloir le voir partir et la seconde réside précisément dans l’image extérieure que nous pourrions offrir d’une communauté divisée qui ne fait pas confiance à ses représentants. Dans ce cas de figure, Meyer Habib pourra toujours se consoler en se disant que son avenir communautaire est devant lui et que les trois années qui viendront l’aideront à être mieux connu de la communauté et à murir son action.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables