Juifs de France, préparez vous à souffrir les Antisionistes

publié le lundi 4 janvier 2010
Partagez cet article :


publicité

Alors qu’Obama, président d’un pays en guerre, reçoit le prix Nobel de la paix, lequel au regard des actions personnelles ou tout au moins de la conjoncture n’a pas encore mérité manifestement ce prix, voici que le Ministre de l’Intérieur Hortefeux reçoit le prix de la lutte contre le racisme et contre l’antisémitisme par l’Union des Patrons Juifs de France, alors qu’un rapport alarmant notifie la recrudescence d’actes antisémites. S’il est certain que la conduite de Mr Hortefeux est digne d’estime, même lors d’une conjoncture préoccupante, en quoi la création d’un poste de super Préfet aux affaires antisémites est-elle appropriée ? En quoi la nomination d’un Préfet mettra-t-elle un terme à l’antisionisme que nous dénonçons et aux propagandes insoutenables du parti antisioniste ? L’exercice d’un tel Préfet s’apparente davantage à celle d’un censeur des coups et blessures ; en perspective donc du pire. Autant proposer d’ouvrir son parapluie à l’annonce d’une bombe atomique.

L’aspect positif de cette journée est que l’alternative soutenue par l’UPJF dans sa lutte contre l’antisionisme n’engage que l’UPJF, et non tous les Juifs. A mes coreligionnaires de l’UPJF, je rappelle que la création d’un poste personnalisé n’est pas historiquement de bonne augure pour les Juifs. De Charlemagne à Pétain, les Juifs n’ont pas de bons souvenirs de tous ces « Magistri judeorum » et offices spécialement dédiés aux « affaires juives ». Veuillez nous épargner vos nouveaux « Privilèges », car ils sont synonymes de ghettoïsation, et par extension, d’exclusion des droits communs. N’existe-t-il pas déjà suffisamment de lois qui condamnent des actes répréhensibles ou d’associations qui veillent au grain de l’antiracisme et de l’amitié entre les peuples. Si la Police se donnait la peine de considérer et d’enregistrer toutes les plaintes, et la Justice celle de les condamner à juste titre, en serions-nous là ? Un Préfet ? A l’heure où un avocat se bat seul contre une Justice « aux yeux bandés » afin qu’elle statue sur l’assassinat qui s’est avéré raciste d’un jeune disk-jockey juif, à l’heure où la Sorbonne devient non plus la gloire de l’instruction, le cœur de la connaissance, mais la tribune des pires antisémites. Pourquoi ne traitez-vous pas la cause réelle de l’antisémitisme, qui est sans nul doute lié à l’antisionisme d’aujourd’hui ? Vous détenez les arguments juridiques pour vous mobiliser, et disposez une demande citoyenne allant dans ce sens, émanant de notre collectif. (1) Doit-on comprendre par la nomination d’un Préfet que l’antisionisme que nous endurons, empli de haine et de malveillances à l’égard des Juifs va prendre racine en France ? Ou devons-nous comprendre, que vous êtes désarmé face à ce mal qui prend à nouveau racine en France, sous nos yeux ? Mais alors, comment traduire en acte la déclaration du Ministre ; « Je le dis avec force, le racisme, la xénophobie et l’antisémitisme n’ont pas leur place en France (...) il n’y a pas de place dans notre pays pour les extrémismes, d’où qu’ils viennent », si ce n’est en refusant catégoriquement le droit de cité à ces extrémistes et leur ingérence dans les affaires de l’Etat.

Par ailleurs, lors d’une conjoncture critique, la moindre des prévenances eût été qu’une proposition du Gouvernement soit soumise à l’appréciation de toutes les composantes actives et représentatives de la communauté juive, en adéquation avec le sujet qui nous préoccupe : la déferlante en France de l’Antisionisme et son implication directe dans la recrudescence d’actes antisémites. Et non, lors d’une journée organisée par un groupe d’hommes d’affaires, certes passionnés de politique, que nous créditons sans nul doute du bien-fondé de leur démarche. Par ailleurs, quelle est l’origine de ce marasme qui justifierait la nomination d’un super Préfet. Les médias français n’annoncent pourtant rien d’anormal ? Comment, 704 agressions antisémites, jamais entendues ? Ciel bleu pour les Juifs en France. Le politique n’a que faire des prix, des émotions ; il est prévoyant, il négocie, il tranche, il a ses raisons. Quand va-t-on aborder le fond de la question, à savoir, quand le Gouvernement prendra-t-il la décision de dissoudre le parti antisioniste et interdire toute forme de propagande de haine à l’égard des Israéliens et du peuple juif en réalité ? Non, Monsieur le Ministre, la liesse n’est pas au rendez-vous devant une initiative inappropriée, elle ne sera totale, pour le bien de l’humanité et de tous les citoyens français, qu’avec la certitude que la racine du « mal » soit combattue de toutes vos forces.

Messieurs et Mesdames, acteurs politiques du Gouvernement français, ce que réclament les antisionistes de touts bords, et je reste persuadé qu’un certain nombre d’entre eux n’ont pas conscience des réalités et des enjeux par ignorance de l’histoire, n’est ni plus ni moins le retour par la contrainte aux antiques usages que dénonçait déjà le Consul de Jérusalem et Comte de Lantivy en 1843, quand il était permis de mépriser et de tuer religieusement et ouvertement les Juifs : « La protection que le Consul de France est appelé à exercer à l’égard du Juif d’Algérie, établi ou de passage à Jérusalem, m’a donné lieu d’attaquer sérieusement et avec succès....certains usages empreints de cruauté et de barbarie...les malheureux Juifs qui par mégarde, se hasardaient à passer sur cette place (Saint Sépulcre) étaient assaillis par une foule de fanatiques Chrétiens ou Musulmans...il y a trois semaines environ, un Juif protégé français, le Sr Messaoud, récemment arrivé à Jérusalem...fut accablé de coups de barre de fer par ces misérables...et vint..porter plainte au consulat. Je n’hésitai pas, je demandai au Pacha l’arrestation et la punition instantanée des coupables... je l’obtins. Dans leur haine et leur mépris pour les Juifs, ils alléguaient le plus sérieusement du monde, avec les Turcs et les Chrétiens, que tuer impunément les Juifs, en pareil cas était un antique usage, que cet usage étant établi de temps immémorial avait force de loi. J’ai été inexorable, et leur ai déclaré que la loi de Dieu était plus vieille encore, et qu’elle défendait de tuer son semblable. Ils n’ont pu rien répondre à cet argument, etc... »

Monsieur le Ministre, les projets antisémites d’où ils proviennent, qui ont durant des siècles permis l’asservissement, l’exploitation et la stigmatisation du peuple juif, s’installent paisiblement sur le territoire français sous le nom d’Antisionisme. Les actes antisémites que vous dénoncez sont la conséquence directe des propagandes de ces idéaux xénophobes. Aussi, n’ayez crainte en leur faisant barrage que les affaires de la France n’endurent une régression économique, bien au contraire. En affaires, les hommes de pouvoir, quels que soient leurs origines et coutumes, favorisent généralement les hommes qui respectent des principes comme l’amitié et le respect, même dans l’adversité. C’est un gage de confiance. En ne condamnant pas l’antisionisme, les Juifs seront non plus sacrifiés, livrés à la vindicte de nouveaux absolutistes, parce qu’ils sont d’origine juive, mais ils le seront sous le prétexte qu’implicitement l’existence même du Juif constitue un soutien naturel au peuple israélien voué à la destruction, un peuple dépeint dans les médias tels des pirates, des parias, des conjurés notoires ! Il ne nous reste plus qu’à attendre et à constater si les antiques usages dénoncés par Lantivy auront à nouveau droit de cité en France. Ou bien, si la France aura le courage et le privilège de répondre que la loi en France était favorable au sionisme depuis le 29 novembre 1948 (résolution n° 181), et qu’elle défend de menacer l’existence physique d’Israël, de colporter des calomnies sur les Israéliens et de menacer les Juifs.

Dans l’attente, j’appelle tous les signataires à se rendre sur le site, à imprimer la demande de dissolution, et à l’envoyer au Ministre de l’Intérieur Monsieur Brice Hortefeux, hôtel de Matignon 75008 Paris.

Pour le comité, Meyer Tangi







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables