Minute de Torah - 16 Kislev 5770

publié le dimanche 6 décembre 2009
Partagez cet article :



B"H

publicité

Il y a un siècle de cela, à l’époque du Rabbi Rachab (Rabbi Chalom Dov Ber), l’un de ses ’hassidim témoigna d’une histoire vécue lors de ’hanoucah, dont les lumières lui sauvèrent, dans le sens le plus littéral, la vie...

Alors que le ’hassid se déplaçait de village en village pour faire son commerce de bois, le Rabbi Rachab lui recommanda d’emporter avec lui lors de son prochain voyage, des grandes bougies avec lui, au cas où il ne rentrerait pas chez lui à temps pour la fête de ’hanoucah. Habitué à la clairvoyance de son Rabbi, il suivit en toute confiance les recommandations qui devaient vite s’avérer prémonitoires puisque notre marchand de bois fut en effet contraint de passer un soir de ’hanoucah entre deux villages, surpris par une courte journée d’hiver neigeux.

Mais en chemin, passant par une zone forestière, le ’hassid fut lâchement pris à partie par des brigands qui non seulement le dérobèrent de tous ses biens, mais de surcroît refusaient de laisser la vie sauve au pauvre juif démuni, au moins de crainte qu’il ne les dénonce. Glacé par le froid et la torpeur, les "derniers instants" de lucidité devaient être au ’hassid de leur implorer qu’ils puissent le laisser allumer cette fois encore les lumières célébrant le miracle de la fête. Stupéfaits par cette "dernière volonté", là où l’âme juive témoigne que jusque les ultimes instants de sur terre sont dédiés à la sanctification du Nom, les bandits daignèrent accepter cette demande. La joie du ’hassid de pouvoir allumer, grâce à la miséricorde divine et aux conseils avisés du Rabbi, une fois encore, les "lumières du miracle", l’échappa littéralement du désespoir.

Et ce furent en effet les "lumières du miracle", car en repoussant par l’allumage des bougies l’océan d’obscurité qui un temps avait joué en faveur de l’oeuvre des bandits, ces lumières attirèrent l’attention d’un seigneur de passage dans les environs, qui comprit vite ce qui se passait sous ses yeux furtifs, et promptement sortit son arme pour défaire les brigands et le ligotage du ’hassid.







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables