« Le football au secours de l’identité nationale... »

BILLET DU 22 NOVEMBRE 2009
publié le dimanche 22 novembre 2009
Partagez cet article :


publicité

Bonjour, Personne n’aura pu échapper à ce fait d’actualité de la semaine, à savoir cette fameuse main de Thierry Henry qui a propulsée l’équipe de France de football en Afrique du Sud pour y disputer le Mondial. J’imagine que chacun est parvenu à un point de saturation paroxysmique autour d’une affaire qui est devenue une question nationale. Comme beaucoup, je n’ai pu m’empêcher de faire un lien assez évident entre la Parashah que nous lisions durant la semaine, Toledot, et cet événement. Que n’a-t-on entendu autour de la tricherie qui a fait se dresser même ceux qui ne se souciaient guerre du ballon rond ! Et c’est bien de cela dont il était question dans Toledot lorsque Jacob s’est sournoisement octroyé la bénédiction de son père alors que celle-ci revenait en toute logique à son frère. Le destin du Peuple Juif aurait été bien différent sans cette bénédiction patriarcale qui assurait au Peuple d’Israël un certain avenir. Certes on ne peut comparer le récit fait de Jacob et d’Esaü à ce match France-Irlande. Pourtant c’est bien autour de cette émotion contre la tricherie que la France a fait corps, ce qui est suffisamment rare pour qu’on le souligne. Et c’est en plein débat sur la question de l’identité nationale qu’un sujet sportif semble unifier la communauté française. L’immense majorité des français, de toutes conditions, s’émeut de ce que les couleurs de la France puissent être associées à un acte que la morale républicaine reprouve. Il y a un coté, et c’est nouveau en France, assez anglo-saxon. Tout est permis hormis le mensonge. C’est peut être la vertu de ce match de football que de permettre de réfléchir et de s’émouvoir autour de valeurs communes là où les politiques peinent à faire avancer le débat.

Dans la Loi Juive, lorsque l’on parle de « toledot » on évoque les sous-catégories d’une loi principale. Et on le sait, c’est souvent dans le détail que réside l’essentiel. De la même façon, l’enjeu sportif n’est qu’un prétexte à réfléchir une question bien plus vaste : Comment va-t-on expliquer à nos enfants que ce n’est pas bien de tricher après la qualification de la France ? Pouvait-on lire ou entendre dans tous les médias. La question est légitime et elle n’aurait pu se poser en ces termes sans un exemple aussi criant autour d’un sport fédérateur. « Gam zou letova », « même en cela il y a du bon » selon le dicton bien connu. On a raison de critiquer l’équipe de France mais on devrait presque lui savoir gré de susciter un tel débat. Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables