« Nous serons bientôt 7 milliards... »

BILLET DU 27 SEPTEMBRE 2009
publié le samedi 26 septembre 2009
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Dans quelques petites heures, nous entrerons dans la journée la plus intense de l’année. Le Jour des expiations ne sera pas seulement celui des fideles juifs qui se presseront dans les synagogues ou les salles louées pour l’occasion, le monde entier est depuis Rosh Hashanah placé dans l’attente du jugement divin. Pour autant, Kippour ne revêt pas un caractère universel, sont expiés ou inscrits dans le Livre de la Vie, ceux qui implorent le pardon divin. Il n’en reste pas moins que ce jour doit nous faire prendre conscience de notre place dans l’humanité, dans la société, dans la cité en redéfinissant notre rapport à l’autre.

Il se trouve que tous les ans, à pareille époque, la PRB, la Population Reference Bureau, rend sont rapport sur l’état démographique et économique de la population mondiale. Un rapport toujours passionnant et que chacun peut consulter sur le site www.prb.org. Ainsi apprenons-nous que nous serons d’ici deux ans 7 milliards d’hommes et de femmes à habiter sur terre. Je ne peux m’empêcher de considérer que le premier billet d’humeur que j’ai eu l’honneur de donner sur Judaïques FM il y a 10 ans portait comme titre : « Nous sommes 6 milliards ». Songeons simplement que l’accroissement naturel de la population chaque année, c’est-à-dire le différentiel entre les naissances et les décès, est de 82 millions d’hommes. Plus qu’un accroissement spectaculaire, la véritable préoccupation est dans la possibilité qu’a la terre d’accueillir autant d’êtres humains. L’épuisement des ressources naturelles et la fracture entre les pays riches et pauvres sont de plus en plus criants. Un homme sur six aujourd’hui est affamé. On ne parle même plus de seuil de pauvreté, mais de survie. Plus de 50% de l’humanité vit dans des zones urbaines et se trouve tributaire d’une agriculture à bout de souffle. Alors qu’en Europe les producteurs de lait déversent, désespérés, des millions de litres de laits, un milliard d’hommes, de femmes et d’enfants vit au jour le jour, le ventre vide.

Je n’évoque pas tout cela pour relativiser notre jeûne à venir, c’en serait indécent, mais pour que nous prenions conscience lorsqu’approchera la fin de Kippour et que nous penserons déjà au repas de fête, que notre confort est une insulte au reste de l’humanité si nous ne nous soucions pas des plus fragiles.

Au fait, pendant que je lisais ce billet, 750 enfants sont nés sur cette planète. Eux aussi ont leur place dans le Livre de la vie.

Je vous souhaite un tsom kal, g’mar Hatima Tova. Je vous retrouverai à l’issue des fêtes, le dimanche 18 octobre. D’ici-là Shavouah tov, bonne semaine à tous.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables