Minute de Torah - 11 Tamouz 5769

publié le vendredi 3 juillet 2009
Partagez cet article :



B"H

publicité

La sidra de la semaine, Balak, énonce une série de bénédictions, pour le peuple juif , incluant cette image prophétique : "[Le peuple Juif] est accroupi et couché comme un lion et comme un félin. Qui le ferait lever ?" (Bamidbar, 24, 9).

Un certain nombre d’animaux peuvent être dominés ou apprivoisés ; mais ’’le lion apprivoisé n’existe pas’’, enseignent nos Sages. Certes, exilé et soumis à des cultures étrangères à plusieurs reprises de son histoire, le peuple qui traverse le temps et les civilisation ne ressemble pas moins à un lion accroupi, qui parait soumis mais n’est jamais conquis.

Condamné à l’exil du fait de son messirout nefech (don de soi) pour la diffusion et le renforcement de la Torah, le Rabbi Yossef Yts’hak (beau-père du Rabbi de Loubavitch), dont la libération de sa peine d’exil à Kastroma (Russie), fut consignée un 13 Tamouz (5687-1927), "fête de la libération", déclara par un lien subtil avec le verset précité, que "les nations du monde doivent savoir que seuls nos corps ont été envoyés en exil et soumis au joug étranger ; mais ce n’est en aucune façon le cas de nos âmes. Nous devons affirmer clairement, au yeux de tous, que pour ce qui concerne notre foi, la Torah d’Israel, ses mitsvot, ses coutumes, nul ne peut nous imposer son avis et aucune force n’est capable de nous contraindre.’’







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables