Minute de Torah - 7 Iyyar 5769

publié le vendredi 1er mai 2009
Partagez cet article :



B"H

publicité

Nous lisons dans la (double) sidra de cette semaine, Ah’arei-Kedochim, l’ordre donné aux bnei Israel : "Soyez saints’’ (Vaykra, 19, 2). En d’autres termes, H’ nous demande de nous distinguer des autres nations du monde. En effet, ce qui est saint, est ce qui est ’’séparé".

Que cela signifie-t-il concrètement ? Contrairement aux idées reçues, cette sainteté ne fait pas, dans ce cas, référence au fait d’étudier la Torahet ses profondeurs infinies, sagesse du l’infini, béni soit-Il. Simplement parce que seuls aux juifs les commandements de la Torah ont été donnés, donc il n’y aurait aucun sens de parler de distinction sur une distinction établie de fait, depuis que nous avons reçu la Torah.

Une distinction prend tout son sens, par contre, lorsqu’il s’agit de ce que juifs et non-juifs accomplissent a priori de façon identique : manger, boire, faire du commerce, etc. C’est précisément dans ces situations que les enfants de l’Alliance ont la possibilité de signer une distinction par les valeurs identitaires véhiculées de mère et père en fils, par l’attachement aux lois juives spécifiques qui régissent la manière de bénir H’ avant de manger, de Le remercier après consommation, et de travailler selon le code de lois juives au sujet du commerce (en particulier le repos du chabat, signe de l’alliance entre le Roi (le Créateur) et Ses princes (Ses enfants).







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables