Des arbres et des hommes

BILLET DU 25 JANVIER 2009
publié le dimanche 25 janvier 2009
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Souvenons-nous, c’était en décembre 1999, il y a 8 ans. Entre 200 et 250 millions. C’était l’estimation donnée par l’ONF, l’Office National des Forêts quant aux nombre d’arbres que les deux tempêtes de décembre 1999 avaient emporté. Si cette catastrophe naturelle représentait d’abord un drame humain, son impact écologique est incalculable. Considérez seulement qu’il faut près de deux siècles pour qu’une forêt décimée retrouve son aspect premier. Combien d’arbres faudra t-il débiter, combien d’arbres faudra t-il replanter ? 250 millions d’arbres, le calcul est vite fait, cela représente à peu près quatre arbres par français.

Demain, nous entrerons dans le Rosh Hodesh, le nouveau mois de Shevat. Ce mois culminera le 15 lorsque nous atteindrons la fête de Tou BiShevat, le nouvel an des arbres. 8 ans après cette grande tempête, une autre a fait des ravages hier dans le Sud-ouest et vendredi sur Paris. C’est dire si Tou BiShevat nous invite à repenser notre lien avec la Création. Quoique nous fassions en ce jour, qui cette année tombera le 8 février, il conviendra de réfléchir à notre place dans cette nature qui peut se montrer capricieuse ou dévastatrice. Pour une fois, que la nature est détruite sans l’intervention des hommes nous pourrions presque nous féliciter de ne pas en être à l’initiative. Mais bien entendu il n’en est rien. Les séquelles de ces catastrophes marqueront nos enfants et nos petits-enfants.

J’ai vendredi été saisi en me rendant, au grès de mes fonctions, au cimetière parisien de Pantin. La lourde porte d’entrée était fermée et seules les personnes concernées par des obsèques étaient autorisées à entrer. Des branches d’arbres jalonnaient les allées du cimetière, des stèles commençaient à se fragiliser sous le vent. Ces endroits qui sont habituellement si paisibles semblaient être secoués par les éléments. Le Talmud compare bien souvent l’homme à l’arbre. L’un et l’autre doivent s’enraciner profondément pour assurer leur croissance et leur développement. L’image est belle. Mais combien d’arbres centenaires se sont effondrés hier comme les plus jeunes pouces ! J’ai pensé à ce moment-là, mais peut-être cela vous choquera t-il, à nos frères et sœurs exterminés durant la Shoah. Les plus vigoureux, les jeunes, les vieillards sans distinction ont été tués. Le Peuple juif est à l’image de ces forêts, décimé, et pourtant nous avons su replanter petit à petit. Là aussi il faudra plusieurs générations, non pour effacer le cataclysme de la Shoah, mais pour redonner vie à un Peuple. Je suis toujours ému en voyant un jeune célébrer sa Bar Mitsvah et évoquer le souvenir de ses grands-parents ou arrière-grands-parents exterminés. Les arbres, les forets, la nature, sont les témoins de cette fragilité et dans le même temps de ce qui nous succédera. C’est par notre action que nous pouvons maintenir cet héritage et le faire fructifier.

Alors, bien sur, lors de Tou BiShevat, nous ne manquerons pas de manifester notre générosité envers l’Etat d’Israël dont l’effort du K.K.L. est remarquable, mais dans le même temps plantons des arbres en France. C’est ici que nous vivons et que nous espérons avec nous voir vivre la nature qui nous environne.

Shavouah Tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles les plus lus
 

Articles incontournables