« Un coupable idéal ... »

publié le dimanche 21 décembre 2008
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Avec l’affaire Madoff, du nom de ce financier et ancien patron du Nasdaq, beaucoup semblent avoir trouvé le coupable idéal d’une crise financière mondiale. Bernard Madoff, ce septuagénaire aimé de ses clients n’a plus d’amis depuis que son empire virtuel s’est écroulé sous le poids de 50 milliards de dollars évaporés dans les fausses promesses de la spéculation boursière.

Ainsi, notre kerviel national fait-il figure d’un amateur au regard des pertes qu’un homme peut générer. Le problème qui se pose avec Madoff c’est que l’homme est Juif, une personnalité estimée dans la communauté juive américaine, comme le serait un Rothschild en France qui soit dit en passant n’échappe pas non plus à ce désastre économique. Les premiers touchés par cette fraude pyramidale sont les Fondations diverses et variées de la communauté juive américaine, une douzaine au total. Certaines de ces Fondations ont déjà mis la clé sous le paillasson, congédiant ses salariés et se déclarant en faillite. Autant dire que dans un climat déjà peu propice à lever des fonds pour les œuvres caritatives, l’affaire Madoff sonne le glas de nombreuses promesses.

Ayant dit cela, la première des préoccupations actuelles est l’onde de choc que cause déjà l’affaire Madoff. Pour certains c’et une aubaine. Enfin la crise économique mondiale a un nom : Bernard Madoff. Il suffit de jeter un coup d’œil sur les moteurs de recherches sur internet pour voir les nombreux articles délétères qui stigmatisent les Juifs ou le « lobby sioniste ». « Pour les vrais antisémites, Noël est arrivé tôt cette année et le Père Noël est Madoff. Il a réussi à meurtrir le monde juif contemporain d’une manière dont seuls les antisémites pouvaient rêver » écrit le chroniqueur du quotidien israélien Haaretz, Bradley Burston. Triste constat et si juste à la fois. Madoff est parvenu à nourrir l’antisémitisme durablement. Dans des décennies encore l’on parlera de l’affaire Madoff pour affirmer que l’on ne peut faire confiance aux Juifs qui sont prêts à s’escroquer et se trahir entre eux.

C’est dans ce climat nauséabond que nous entrerons ce soir dans la fête de Hanoukka qui vient nous rappeler le triomphe de l’esprit sur la force. De l’esprit et de l’intelligence il en faudra pour combattre un antisémitisme constitué de braises ardentes qui n’attendent qu’un coup de vent pour se raviver en flammes ravageuses.

Après une petite semaine d’interruption, je vous retrouverai avec plaisir le dimanche 4 janvier. D’ici-là Hag Saméah, Bonne fête de Hanoukka et shavouah tov, bonne semaine à tous.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables