« Shabbat ou dimanche Shalom... »

BILLET DU 14 DECEMBRE 2008
publié le dimanche 14 décembre 2008
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Chacun peut observer qu’en cette période qui précède les fêtes de fin d’année, les magasins sont très largement ouverts le dimanche. Cette autorisation est accordée à titre exceptionnel cinq à six dimanches par an même si la frénésie acheteuse ne semble pas au rendez-vous en ces temps de crise financière.

Nicolas Sarkozy est très attaché à ce que la France puisse travailler le dimanche et que Paris, première capitale touristique au monde, accueille ses touristes avides de dépenser leurs devises en France. Ainsi ce projet de loi proposé devant les parlementaires mardi 16 décembre afin de légaliser le travail dominical pour ceux qui le souhaitent. Les syndicats montent au créneau affirmant que les salariés ne seront pas en position de force pour refuser les demandes des employeurs à travailler le dimanche. La droite catholique crient au scandale, on viendrait désacraliser le dimanche, dans une République rappelons-le laïque !

Mais le plus fervent opposant à cet amendement est le premier catholique de France : Monseigneur Vingt-Trois. Le cardinal-archevêque de Paris juge « malsaine » l’évolution d’une société qui permettrait une « généralisation des dérogations du repos hebdomadaire » en appelant à réfléchir sur « le sens du dimanche » dans notre société. Il n’est pas certain que l’appel de Mgr Vingt-Trois soit entendu, il risque même d’être contreproductif.

On ne devrait plus en être à en appeler à un repos hebdomadaire, celui-ci est inscrit dans le droit du travail et représente un acquis social indiscutable. Rappelons que la semaine est limitée à 35 heures de travail et qu’il se trouvera donc toujours un jour - ou plusieurs - durant lequel un salarié est au repos. Faut-il entendre l’appel de l’Eglise qui voudrait faire du dimanche le jour de repos hebdomadaire commun à tous ? « Le sens du dimanche » s’entend différemment pour chacun. Dans le judaïsme, c’est le premier jour « profane » de la semaine, un jour ordinaire. Cependant l’idée d’un jour de repos hebdomadaire est inscrite dans la pierre de la loi juive. Un jour de repos pour six jours travaillés. Le Shabbat permet de donner à la semaine un rythme et une exigence. En France, c’est le dimanche mais pour beaucoup de commerçants c’est aussi le lundi et pour les écoliers le mercredi et à présent le samedi ! On s’y perd mais l’esprit y est. Cesser toute forme de travail - c’est la racine étymologique du mot Shabbat - une fois dans la semaine.

La garantie qui n’est pas donnée par la loi française c’est que chacun puisse bénéficier d’une journée pleine et entière de cessation d’activité. Les travailleurs précaires sont les premiers touchés en cumulant deux, parfois trois petits contrats de travail. Pour eux le dimanche ne se différencie pas des autres jours de la semaine. Voilà ce que devrait être « le sens du dimanche » pour reprendre les propos de l’Archevêque de Paris. C’est en imposant qu’un salarié ne puisse travailler plus de six jours consécutifs que le législateur pourrait dès lors légaliser le travail le dimanche.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables