« Que la lumière soit ... »

BILLET DU 23 NOVEMBRE 2008
publié le dimanche 23 novembre 2008
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Nous entrons donc dans la semaine qui verra arriver vendredi le Rosh Hodesh, le nouveau mois de Kislev. Ce mois culminera avec la fête si populaire et attendue par les enfants de Hanoukka. Nos Maîtres ont retenu, pour célébrer la fête des lumières, cette période hivernale en plein solstice d’hiver. Hanoukka n’est pas une fête que l’on peut dater avec précision. Tout au plus savons-nous que la victoire des Maccabées sur les syriens eut lieu entre 165 et 163 avant l’ère chrétienne. Judah a institué cette fête lors de la réinauguration du Temple. Etait-ce un 25 Kislev ? Nul ne le sait. Mais la période est propice à des réjouissances autour des lumières. Si Hanoukka devait tomber en plein mois d’août cela ôterait probablement beaucoup à la magie de la fête ! A présent que les nuits sont plus longues que les jours, les lumières de la hanoukkia transpercent les ténèbres de la nuit.

La fête de hanoukka arrive dans une période bien morose sur fond de crise économique. Les rues des grandes villes se parent déjà de tous leurs feux mais le cœur n’y est pas, pas plus que le portefeuille. On se prend à espérer, qu’à l’instar du miracle de Hanoukka, un petit miracle puisse venir rétablir une certaine stabilité économique qui ne verra pas s’enfoncer plus encore dans la pauvreté les plus malheureux qui se comptent en millions en France.

Le mois de Kislev est aussi l’occasion pour le FSJU de lancer sa campagne pour la Tsedaka. De nombreuses manifestations sont organisées à travers la France. Faut-il le rappeler une fois encore : être juif ne protège pas de la précarité et de la détresse sociale ! A l’heure où l’on réfléchi aux cadeaux que l’on pourra s’offrir et à ceux que l’on aimerait recevoir, il serait nécessaire de considérer que la première chose à faire est un acte de Tsedaka pour ensuite se consacrer aux réjouissances. Une Tsedaka orientée vers nos communautés et synagogues et une autre en faveur des plus pauvres. Tous les responsables communautaires ont pu constater lors des dernières fêtes de Tishri une baisse substantielle des dons. Les montées à la Torah, dans les synagogues qui pratiquent les dons ou les enchères, donnent lieu à des contributions moins importantes. Des cellules de crise se montent ci et là pour réfléchir à ce phénomène qui devrait durer. Pourquoi ne pas proposer qu’en responsabilité chacun consacre 10% des frais qui seront engagés pour Hanoukka à pratiquer la Tsedaka ? Lors de Hanoukka nous allumons un nombre croissant de bougies comme pour nous exposer progressivement à plus de lumière. Une lumière qui ne permet plus de cacher les ombres, celles des plus malheureux qui espèrent en nous, en notre aide, en notre solidarité. Chacun doit pouvoir partager ces lumières dans la joie et dans la paix. C’est là notre devoir et notre responsabilité.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables