« L’ombre d’Obama ... »

BILLET DU 9 NOVEMBRE 2008
publié le dimanche 9 novembre 2008
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Les Américains qui détiennent une carte d’électeurs et qui vivent en Israël représentent 175.000 personnes. On a donc raison de parler de cette communauté comme le 51ème état des Etats-Unis. Si l’on se souvient comment il y a quatre quelques centaines de voix avaient permis à Bush d’être reconduit dans ses fonctions, on peut se dire que plusieurs dizaines de milliers d’électeurs peuvent avoir raison d’un scrutin lorsque celui-ci est serré. Barack Obama a été élu haut la main, bien heureusement, car il n’aurait pu compter sur les votes des Américains d’Israël très largement favorables au camp Républicain contrairement à leurs coreligionnaires vivants aux Etats-Unis. « Est-ce bon pour nous ? » se demandaient les Juifs américains en Israël. Le candidat Républicain semblait donner plus de gages de sympathie vis-à-vis d’Israël que le candidat Républicain. Et pourtant, au lendemain de ce vote historique, les Juifs américains, et d’ailleurs, ne pouvaient que se satisfaire d’une nomination capitale, celle de Rahm Emanuel comme secrétaire général de la Maison Blanche.

Contrairement à notre modèle de Gouvernement français, les Etats-Unis ne connaissent pas la fonction du Premier ministre. Il y a le Président des Etats-Unis et des Secrétaires d’Etat. Le secrétaire général occupe cette fonction centrale et charnière. Fonction qui fait de lui le bras droit du Président. Rahm Emanuel a 48 ans, il est le fils d’un pédiatre israélien anciennement actif au sein de l’Irgoun. Rahm Emanuel a conservé des attaches fortes avec Israël allant jusqu’à servir en tant que volontaire dans Tsahal lors de la guerre du Golf en 1991.Père de trois enfants, avec sa femme convertie au Judaïsme, il fréquente avec assiduité une communauté néo-orthodoxe. La presse a rappelé que lors du dernier Rosh Hashana, en plein examen du plan Paulson, il a demandé et obtenu une dérogation de son rabbin pour travailler ce jour-là.

Rahm Emanuel est l’homme qui a orchestré la poignée de mains historique entre Rabin et Arafat en 1993 lors de la signature des accords de paix d’Oslo. A ceux qui se demandent encore si la politique américaine à partir de janvier restera favorable à Israël et dans un esprit de construction de la paix, le passé de Rahm Emmanuel est en soi la réponse.

Rahm Emanuel est appelé par ses détracteurs tout comme ses alliés « Rahmbo ». C’est un cogneur, un homme qui n’a pas sa langue dans sa poche et qui s’est fait une réputation autour de sa rudesse et de son intransigeance. Il n’est pas un courtisan ou un homme d’appareil. Cet homme de poigne représentera ce que les Américains appellent le « bad cop », le « mauvais flic ». Il aura le rôle du méchant là où son Président devrait se montrer plus en rondeur. C’est certainement une bonne chose pour la diplomatie américaine qui devrait se montrer plus déterminée que jamais à réussir dans une issue vers la paix au Proche-Orient qui s’était pour le moins enlisée ces dernières années.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables