« L’encombrant Pie XII... »

BILLET DU 12 OCTOBRE 2008
publié le dimanche 12 octobre 2008
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Dans une actualité traversée par la crise économique, le monde a davantage les yeux rivés vers les bourses du monde entier que vers le Vatican. Quoique, un peu de spiritualité ne pourrait pas nuire en ces temps si tourmentés. Le pape Benoit XVI qui peine encore a entrer dans le cœur de ses fidèles comme son illustre prédécesseur ne fait plus mystère de son vœux de voir béatifier un autre prédécesseur bien plus encombrant, Pie XII : « Nous prions pour que la cause de la béatification du serviteur de Dieu Pie XII se poursuive heureusement ». Cette béatification est déjà bien avancée, elle en est même à son terme, une décision papale devant valider ce processus. Et pourtant cette décision se fait attendre, non que le Pape ne soit convaincu du bien fondé de la béatification, mais plutôt parce qu’il redoute, tout représentant de Dieu pour les catholique qu’il est, les réactions diverses et multiples qui ne manquent pas déjà de s’exprimer.

La fronde est venue directement, la semaine passée, du Grand-Rabbin de Haïfa Shear Yashouv Cohen qui était l’invité exceptionnel du synode des évêques. Loin des convenances habituelles devant le Pape et 300 de ses évêques, le Rabbin Cohen a déclaré : « Nous ne pouvons pas oublier le fait douloureux que de nombreuses personnes, y compris des grands dirigeant religieux, ne se soient pas élevées pour sauver nos frères et qu’ils aient choisi de garder le silence. Nous ne pouvons pas pardonner et oublier cela et j’espère que vous le comprenez ».

Pensez plutôt qu’en mai 2007 les treize membres du tribunal de la congrégation pour la Cause des saints avaient voté à l’unanimité pour que soient reconnues par la béatification de Pie XII ses « vertus héroïques ». Vertus héroïques que d’avoir fait silence durant la Shoah alors que 6 millions de Juifs se faisaient anéantir dans le silence des nations et de la première autorité morale et religieuse du monde ? Ceux qui veulent aujourd’hui donner un sens au silence de Pie XII déclarent qu’il a agi par précaution vis-à-vis de l’Eglise allemande pour ne pas mettre en danger de nombreux catholiques. Si l’on retient cette thèse alors on en arrive à un calcul inacceptable qui consiste à penser que des hommes doivent être sauvés au détriment d’autres. La Vatican savait ce qui se passait en Pologne et ailleurs, tout autant du reste que les Etats-Unis ou la Croix rouge par exemple.

On pourrait penser qu’une béatification est une chose qui regarde l’Eglise et que la communauté juive n’a pas à s’émouvoir d’une décision qui ne la regarde pas. Mais le fait est qu’un tel acte ne favoriserait pas un dialogue fécond et généreux entre juifs et chrétiens. C’est précisément ce qui sème le doute chez Benoit XVI et il est certainement bon que nous juifs alimentions ce doute, ne serait-ce que tant qu’un seul témoin de la Shoa reste en vie.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables