Minute de Torah - 14 Mena’hem Av 5768

publié le dimanche 17 août 2008
Partagez cet article :



B"H

publicité

Dans la Sidra de cette semaine, Vaét’hanane, on va écouter une nouvelle fois les "10 paroles", plus communément appelées "10 commandements". Ceux-ci ont été donnés sous formes de deux Tables aux Bnei Israel, par l’intermédiaire de Moché Rabeinou, Chef de la Génération. Pourquoi fallait-il deux Tables pour donner 10 commandements ? Pourquoi H’ est-Il "passé à la ligne", si l’on peut s’exprimer ainsi, plutôt que de nous les donner les 10 sur une même liste continue et verticale. Précisément pour nous en faire ressortir la symétrie, nous enseignent nos Sages, de sorte que la lecture ne soit pas seulement verticale, mais aussi horizontale. Ainsi, il y a une équivalence, soulignent les Midrachim, entre le 1er et le 6è commandement, entre le 2è et le 7è, etc. jusqu’aux 5è et 10 commandements.

Dans plusieurs de ses discours, le Rabbi de Loubavitch révèle plus ou moins explicitement le lien d’équivalence entre le 1er commandement "Je suis l’Eternel ton D.ieu" et le 6è qui lui fait face : "Tu ne tueras point". Il explique en fait que l’homme serait incapable de tuer s’il prenait pleinement conscience que chaque âme ("néchama") est une parcelle de Divinité, et qu’elle est essentiellement la même chez chaque Juif puisque H’ est Un et que nous sommes faits à son image. C’est là le sens du verset "celui qui verse le sang d’un homme... car à l’image de D.ieu l’homme fut créé" (Béréchit, 9, 6).

Le travail des Bnéi Israel, fils de l’Alliance éternelle, consiste notamment à soumettre le corps au service de l’âme pour permettre l’élévation que l’âme juive aspire. Ce travail sur soi est d’abord un travail sur les autres selon notre maître Rabbi Akiba, dont le grand principe de la Torah est selon lui "Et tu aimeras ton prochain comme toi-même", le reste n’étant que commentaire de ce commandement, selon Hillel Hazakène. Comme le résume le Rabbi dans le Hayom Yom du 12 Mena’hem Av : "L’Admour Hazaken rapporta un enseignement du Maguid de Mezeritch, qui le tenait du Baal Chem Tov : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » est un commentaire et une explication de « Tu aimeras l’Eternel ton D.ieu ». Lorsque l’on aime un Juif, on aime D.ieu. Car chaque Juif porte en lui une parcelle de Divinité. Ainsi, lorsque l’on aime un Juif, lorsque l’on aime la partie profonde de son être, on aime l’Eternel."







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables