Minute de Torah - 3 Sivan 5768

publié le vendredi 6 juin 2008
Partagez cet article :



B"H

publicité

La sidra Nasso, que l’on lit ce chabat qui précède Chavouot, évoque le sujet de la femme ’’sota’’ : est appelée femme "sota" toute femme avertie par son mari de ne pas s’isoler avec un autre homme, et qui s’est malgré tout isolée, quand bien même aucune faute n’ait été commise.

Un homme et sa femme, dans chaque détail, ressemblent à leur source spirituelle. Comme c’est bien connu et abondamment commenté par nos Sages, l’homme et la femme renvoient respectivement la relation qui lie le Saint Beni Soit-Il ("l’homme") à l’Assemblée d’Israel ("la femme"), scélée par le "contrat" de la Torah dont on célèbre le don à Chavouot.

A l’image de l’homme jaloux, H’ refuse que nos yeux se tournent vers un culte étranger, comme il est dit : ’’Tu n’auras pas pour toi d’autres dieux devant Ma face" (2eme Commandement de la Torah, considérée comme un acte de mariage entre H’ et nous), qui est une réplique de la demande du mari à sa femme : "tu ne t’isoleras pas avec un autre homme".

Les écrits de ’hassidout posent la question suivante : comment un Juif pourrait-il s’isoler (se cacher) de H’ alors qu’Il est Omniprésent, qu’ "aucun endroit n’est vide de Lui" ? ’’ Si un homme se cache de Moi, se peut-il que je ne le voie pas’’ ? (cf. Jeremie, 23, 24 ; Tehilim, 139, 7-12).

L’explication à cela, est que H’ dit à propos de l’orgueilleux : ’’ Moi et lui ne pouvons résider à la même place"( michna Sota, 5, 1). On voit de là que l’orgueil représente un isolement, si l’on peut dire, de H’. De là l’on apprend l’importance, pour recevoir pleinement la Torah et ses bénédictions, d’être humble et de rejeter toute trace d’orgueil, si ce n’est la fierté d’avoir pour Mari le Roi du monde.







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables