« Une part de rêve... »

BILLET DU 11 MAI 2008
publié le lundi 12 mai 2008
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Israël a donc ouvert les festivités à l’occasion des 60 ans de son anniversaire de création. Les chaines de télévisions françaises, les hebdomadaires nationaux, les quotidiens ont très largement relaté cet anniversaire. Pour beaucoup, 60 ans représente l’âge de raison et de la maturité. Chacun salue en Israël un rêve improbable qui s’est réalisé. Au lendemain de la Shoah, un peuple décimé pouvait enfin s’installer sur sa terre et y trouver un « foyer juif », un lieu de refuge et de réalisations. L’existence de l’Etat d’Israël n’est pas la victoire du peuple Juif, c’est le triomphe de l’humanité. Dans une même décennie, celle des années 1940, le principe même d’humanité a été bafoué de la plus horrible façon et magnifiée par la concrétisation d’un idéal : le sionisme. Je ne peux m’empêcher de penser avec émotions à ces juifs sortis des camps de la mort et qui ont débarqué un jour à Haïfa. Pouvons-nous un instant comprendre ce qu’ils ont pu ressentir à ce moment précis ? Pour eux Israël a le devoir d’exister en étant cette terre pétrie par l’espérance.

Aujourd’hui, c’est avec facilité et évidence que nous nous rendons en Israël. Je me surprends, comme beaucoup, à être saisi invariablement, continuellement par cette même émotion lorsque l’avion s’approche des cotes israéliennes. La Méditerranée semble s’arrêter sur les plages de Tel Aviv. Les tours des hôtels donnent à Israël un relief particulier et l’avion se pose sous des applaudissements dont on aimerait penser qu’ils saluent l’arrivée en Israël. Le tarmac de l’aéroport Ben Gourion, lorsque l’on quitte l’avion pour rejoindre les navettes a une odeur unique. Proust avait sa madeleine, nous avons avec moins de poésie notre aéroport !

Les psychanalystes vous expliqueront qu’un rêve ne peut tenir bien longtemps lorsqu’il rencontre la réalité. Une réalité que les médias ne manquent pas de souligner. Regardez, France Info a passé la journée de jeudi dernier à diffuser des reportages montrant du coté palestinien comment été marquée la « nakba » qui n’est rien d’autre soit dit en passant que la traduction en arabe du mot « Shoah » : la catastrophe. Les israéliens sont présentés tels des colonisateurs, hérités de l’apartheid. Quand les nations se ressouderont-elles à ce que le peuple juif puisse connaître, ne serait-ce qu’une génération, capable de vivre dans des sentiments de paix et de tranquillité ? Peut-on raisonnablement penser qu’un seul israélien n’aspire pas à une paix juste ? 60 ans après, des représentants israéliens ou de la communauté juive courent les plateaux de télévisions ou les tribunes de presse pour justifier le droit d’Israël à exister. Peut-être faudrait-il éclairer les peuples sur notre héritage et notre tradition. Le Judaïsme est une religion qui considère que rien n’est jamais achevé et que toutes les réalisations peuvent et doivent être perfectionnées. Il est cependant une certitude, c’est que depuis un peu plus d’un siècle et sous l’impulsion de Théodor Herzl, un rêve est en marche et que chacun peut y prendre sa part.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables