Minute de Torah - 9 Adar I 5768

publié le vendredi 15 février 2008
Partagez cet article :


publicité

On raconte l’histoire d’un juif pieux qui, derrière le comptoir de sa boutique, avait l’habitude d’étudier la ’houmach (Pentateuque) assidûment, ou réciter des Téhilim du Roi David, ne s’interrompant que lorsqu’un client présentait un article à la caisse. Du reste, on reconnaissait aisément cet juif pieux dans la rue puisqu’il récitait toujours en marchant, par coeur, des enseignements de nos Sages. L’air y était ainsi purifié, sa boutique en était illuminée. Son affaire avait toujours connu la bénédiction, grâce à D.ieu, mais le temps était venu de prendre la retraite, et il transmit le commerce à son fils.

Jeune et ambitieux, le fils bouillait de projets pour développer l’affaire. Il entreprit dès la première semaine de prise de fonctions, des grands travaux de rénovation, et souhaita mettre en place des complexes stratégies commerciales pour attirer la clientèle. Il se voyait déjà réciter son inventaire d’arguments de vente tout ficelé auprès de la clientèle, quand il se rendit compte, les jours passant, que personne n’entrait à son magasin. Il mit un temps la faute à la vitrine « peu vendeuse » qu’il avait arrangé, et réorganisa, après de gros calculs stratégiques, la dynamique de présentation des étalages. Mais il n’avait guère plus de succès, contrastant avec la réussite régulière de son père.

En dernier recours, le jeune homme alla questionner le Rav de la ville, et maître de son père de surcroît. Comment expliquer la chute des ventes, et la raréfaction de la clientèle ? Le Sage de la ville lui tint une réponse à peu près en ces termes :

"Vois-tu, même dans les affaires, ton père ne détache pas son esprit de la Torah, et est constant dans l’étude, ou au moins ses pensées sont-elles tournées vers la Torah. Alors le Satan cherchait par tous les moyens à le déconcentrer au travail, en lui envoyant un client puis un autre, puis un troisième, sans discontinuer. Mais ton père ne se déconcentrait pas plus que le temps requis pour servir les clients. Et les gens l’appréciaient d’autant plus par ces preuves de simplicité et d’honnêteté. Pour ta part, le Satan n’a pas encore jugé nécessaire de te détourner de tes pensées ni de t’interrompre dans l’abondance de tes projets foisonnants ".







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables